La Fédération mauricienne de cyclisme (FMC) tiendra son assemblée générale élective le 9 février prochain. Hervé Flore, l’actuel président de la FMC, sera à nouveau candidat pour le poste suprême.
Dans les faits, Hervé Flore souhaite que la continuité prime. « Je souhaite axer mon deuxième mandat sur la continuité. » Pendand son deuxième passage à la tête de la FMC, il prendra son baton de pèlerin pour que la formation prenne l’importance nécessaire.
« Il y a le Centre national de formation de cyclisme (CNFC) qui s’est bien débrouillé pendant la saison », avance Hervé Flore. Il n’a pas tort, même si les coureurs du Centre ont longtemps couru après un succès. Mais le moment de gloire du CNFC est venu lors de la troisième étape du Tour de Maurice.
Anthony Laurent crée une belle échappée en compagnie de Richard Barret. Le sociétaire du VCP, âgé de 19 ans et issu du CNFC, remporte l’étape. « Cela montre que nous avons eu raison d’investir. Nous allons voir comment développer de nouvelles stratégies afin de permettre aux jeunes de s’exprimer », note le président de la FMC.
Selon les dernières informations, on ne retrouvera pas de nouveaux membres. Catherine Victoire, Hans Brasse, Ajay Ramadhin ou encore Caroline Le Blanc devraient normalement être candidats à un poste au sein de la FMC. « Peut-être que les clubs enverront des représentants. Je sais qu’il y a un nouveau club à Flacq qui pourrait être représenté à l’Assemblée générale. »
Autre cheval de bataille : le vélodrome. Cela fait plus d’un an que le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) a accordé un terrain d’une superficie d’un arpent afin d’y construire un vélodrome, calqué sur le modèle de Champ Fleuri.
« L’une de nos priorités était d’avoir le terrain pour la construction du vélodrome. Maintenant, nous attendons de savoir quelle est la suite à donner », poursuit Hervé Flore.
En effet, les plans ont déjà été déposés auprès du MJS.L’ancien cycliste Christophe Lincoln a dessiné les plans de la structure, qui est basé sur celui de Champ Fleuri. Reste maintenant à trouver le financement nécessaire à la réalisation du projet.
« Le vélodrome coûte très cher », explique Hervé Flore. Les premières estimations avancées font état d’un montant de plus de Rs 30 M. « Nous allons essayer de réunir l’argent nécessaire à la concrétisation de ce projet », conclut Hervé Flore.