Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Protection des Consommateurs, Cader Sayed-Hossen, a annoncé une croissance de 3,7 % du secteur manufacturier pour cette année, soit un taux plus élevé que celui de 2010 (2,2 %) en dépit de la crise globale. Le ministre intervenait dans les débats sur le budget 2012 qui, selon lui, réconcilie la croissance économique et la justice sociale tout en renforçant la compétitivité de Maurice au plan global.
Cader Sayed-Hossen a indiqué que le secteur orienté vers l’exportation (anciennement connu comme la zone franche) va enregistrer un taux de croissance estimé à environ 6 % en 2011, cela après sa bonne performance de 2010 (6,5 %). Le ministre a soutenu que de 2002 à 2005, le secteur en question s’était contracté, affichant même un taux négatif de 12,3 % en 2005. Depuis, la situation s’est améliorée, les taux étant positifs en 2006 (8,2 %), en 2007 (11,2 %) et 2008 (1,6 %) sauf en 2009 (-0,9 %) en raison de la crise financière globale. La valeur des exportations va tourner cette année autour de Rs 43 milliards. Cader Sayed-Hossen a indiqué que le secteur textile et de l’habillement demeure l’épine dorsale du secteur manufacturier, représentant 62 % des exportations totales et 75 % des emplois directs. Ce secteur s’est bien ressaisi depuis 2009, réalisant une progression de 18,4 % de ses exportations au cours de la période janvier-septembre 2011 par rapport aux trois premiers trimestres de 2010.
Tout en appelant les entreprises à s’adapter à un environnement changeant, à revoir leurs modèles de production et à se réinventer, le ministre du Commerce et de l’Industrie a annoncé que le gouvernement apportera tout son soutien au secteur manufacturier et a déjà pris certaines mesures à cet effet. Cader Sayed-Hossen a parlé de l’institution d’un comité consultatif et de suivi regroupant des représentants des secteurs public et privé pour étudier les mesures qui pourraient être introduites afin que l’industrie puisse faire face à la crise. Un « Observatoire de l’Industrie » sera lancé le mois prochain pour renseigner au maximum les entrepreneurs sur les tendances du marché, le flux d’investissement, les nouvelles technologies, le profil des compétiteurs et les accords commerciaux.