Il était question de débattre hier sur le Budget 2012, mais le ministre de l’Intégration sociale a égratigné pendant plus de 45 minutes le MSM. Évoquant d’abord la « campagne contre moi » dans le cadre des élections générales, Suren Dayal est revenu sur le « scandale du Sun Trust » sous sir Anerood Jugnauth. Ce n’est que dans les toutes dernières minutes qui lui restaient qu’il a évoqué en vitesse les réalisations et futurs projets de son ministère.
L’Assemblée nationale ressemblait hier à un terrain d’affrontement entre le MSM et le Ptr. Prenant la parole après la pause à 16 h 30, le ministre de l’Intégration sociale est complètement sorti du sujet pour « dénoncer la trahison du MSM » à son égard. Commençant d’abord par relater comment il a travaillé dur pour faire élire Pravind Jugnauth aux élections partielles au No 8 (Quartier-Militaire / Moka), Suren Dayal a laissé entendre qu’il n’y avait pas eu de reconnaissance pour sa contribution. « Si je n’avais pas attrapé sa main pour l’emmener dans tous les coins de la circonscription, Ashock ti pou manz zot kri. »
Le ministre a ensuite évoqué comment les agents du MSM ont pendant les dernières élections générales « fait campagne contre moi pour faire élire leur leader en tête de liste ». Il s’est attardé sur ce sujet sous les encouragements, par moments, de son collègue de la Santé Lormus Bundhoo qui a lancé : « fer leker fermal sa ! »
Dans les rangs du MMM, on commençait à montrer des signes d’agacement. « Bidze mem tousala », a ironisé Rajesh Bhagwan. Suren Dayal ne s’est pour autant pas arrêté. Il a continué en évoquant le « scandale du Sun Trust » et les conditions attachées à la location du bâtiment par le gouvernement d’alors, avec sir Anerood Jugnauth comme Premier ministre. À aucun moment l’orateur ne sera interrompu par le Speaker.
Après plus de 45 minutes de discours sur le MSM, Suren Dayal a appuyé sur l’accélérateur pour parler des réalisations de son ministère. Il terminera sur les différentes mesures du Budget 2012 pour le social, dont les projets pour le logement, l’éducation, et l’éradication de la pauvreté.