Noorani Hossain et sa femme Nazmeen Bibi Hossain ont été conduits hier après-midi devant la magistrate Ganoo de la cour de district de Flacq. La police leur reproche le meurtre par asphyxie d’une infirme âgée d’une soixantaine d’années. Une charge provisoire d’assassinat a été logée contre eux.
Le petit village de Grande-Retraite est plongé dans la consternation depuis lundi. Bibi Fawza Hossain, infirme depuis son enfance, a été retrouvée morte avec une blessure à la mâchoire particulièrement visible. La victime, âgé d’une soixantaine d’années, habitait chez son frère Noorani Mohammad Hossain et sa belle-soeur Nazmeen Bibi Hossain. Son corps à demi-nu a été retrouvé dans une chambre de la maison.
Selon les enquêteurs, le corps de Bibi Fawza Hossain était disposé d’une manière singulière. Il y avait des cailloux sous le corps de la victime. La police scientifique et les membres du Scene of Crime Office (Soco) étaient au domicile des Hossain hier matin. Dans l’après-midi, le couple Hossain a été traduit devant la magistrate Ganoo siégeant en cour de district de Flacq. Une charge provisoire d’assassinat pèse sur les conjoints. Noorani Mohammad Hossain et sa femme Nazmeen Bibi Hossain ont été remanded to cell et se présenteront de nouveau devant la cour mardi.
Selon les enquêteurs, une histoire de sorcellerie serait à l’origine du meurtre, d’où la présence d’objets liés à cette pratique dans la maison. La police soupçonne que Nazmeen Bibi Hossain ne serait pas étrangère à cette affaire de meurtre. Après quelques incantations, Nazmeen Bibi Hossain aurait demandé à sa belle-soeur de l’aider. La victime a alors été battue avec un « rotin bazar ». Noorani Hossain aurait assisté à toute la scène. Sa femme se serait adonnée à des pratiques sexuelles avec sa belle-soeur et se serait assise sur elle. Le conjoint se serait alors dirigé vers le poste de police de Brisée-Verdière pour signaler l’incident. Les limiers sont alors intervenus.
L’autopsie a été pratiquée par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Les conclusions du rapport post mortem attribuent le décès de Bibi Fawza Hossain à une asphyxie. La victime aurait été étouffée. Plusieurs blessures sur son corps – notamment au visage – et des côtes fracturées ont été relevées.
L’enquête se poursuit avec le Detective Inspector Seedheeyan de la CID de Flacq et ses hommes ainsi que sous la supervision de l’assistant surintendant de police Ramgoolam. La reconstitution des faits est prévue demain.