Une charge provisoire de meurtre a été logée contre Anna Alida Achemootoo (29 ans) et son compagnon Fekaar Sheik Madar (21 ans), soupçonnés d’avoir battu à mort Pallavi Achemootoo, la fille de la première, âgée de deux ans et demi. Les deux habitants de Vallée-Pitot ont été traduits devant la Cour de district de Port-Louis sud ce matin avant d’être reconduits en cellule policière.
Le père de Pallavi Achemootoo est décédé depuis plus de quatre ans. Sa mère, Anna Alida Achemootoo vit depuis quelque temps en concubinage avec Fekaar Sheik Madar. Ils avaient à leur charge deux enfants, Pallavi (deux ans et demi) et Sivom (4 ans).
Hier aux alentours de 10 h 30, Anna Alida Achemootoo décide d’emmener Pallavi, qui présente « des symptômes inquiétants », dira-t-elle plus tard, au dispensaire de Vallée-Pitot. Ne pouvant gérer ce cas, les responsables du dispensaire conseillent à la femme de transporter la fillette à l’hôpital Jeetoo. Sur place, le médecin qui l’examine n’a le temps que de constater le décès de la petite Pallavi, qui portait plusieurs blessures sur le corps.
L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin hier a attribué le décès « to shock due to rupture of the heart ». Des ecchymoses ont aussi été relevées sur le corps de la fillette. Alertée, la police a arrêté Anna Alida Achemootoo et son compagnon Fekaar Sheik Madar dans la foulée.
Ce matin, le couple a comparu vers 10 h 30 devant la Cour de district de Port-Louis Sud. Soupçonnée d’avoir battu à mort sa fille de deux ans et demie, Anna Alida Achemootoo a vu une charge provisoire de meurtre logée contre elle, ainsi que son compagnon. Le couple a ensuite été reconduit en cellule policière.
Entre-temps à Pailles, la famille Achemootoo, qui pointe du doigt la Child Development Unit, entamait les préparatifs pour les funérailles qui ont eu lieu vers 12 h 30 au cimetière St-Georges aux Salines. Kevin Achemootoo, le frère du défunt époux d’Anna Alida, témoigne. « Se hier ki mo finn aprann ki li pe vive en konkibinaz. Depi un an sa zanfan la gagne batté. Souvent mo trouvé ki éna bann mark blessir lor li. So maman ti dir a chak fois ki dan joué ki li finn gagn sa. Mo finn fer 4 complainte CDU. Mai zot pann finn reazir. Zot dir ki selon zot survey péna maltraitance », allègue-t-il. Et de soutenir qu’Anna Alida Achemootoo aurait tenté de faire croire que c’est Sivom, le frère de quatre ans de la victime, qui a battu cette dernière à mort. L’oncle de Pallavi Achemootoo explique par ailleurs au Mauricien qu’après les funérailles, des démarches seront entamées en vue d’obtenir la garde du petit Sivom.