En parallèle aux préparatifs en vue des élections de l’Assemblée régionale à Rodrigues du 5 février, la Commission électorale devra enclencher dans les prochains jours une étape initiale menant à deux autres rendez-vous électoraux cette année, soit les municipales et les villageoises. Avec la promulgation de la nouvelle Local Government Act, préconisant des réformes dans les collectivités locales, la compilation de nouveaux registres d’électeurs s’impose. De ce fait, la Commission électorale n’a d’autre choix que de s’engager dans un exercice d’enregistrement des électeurs en ce début d’année à Maurice seulement, compte tenu du déroulement de la campagne pour les élections régionales à Rodrigues.
Dans cette dernière région, la campagne électorale s’intensifie sur le terrain en prévision de la présentation, dimanche, des candidats ayant obtenu l’investiture pour le scrutin par les trois principales formations politiques, soit l’Organisation du Peuple Rodriguais (OPR), le Mouvement Rodriguais (MR) et le Front Patriotique Rodriguais (FPR).
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources officielles concordantes indiquent que la Commission électorale procédera à un exercice d’enregistrement des électeurs dans les 20 circonscriptions de l’île du 16 au 21 janvier. Contrairement à l’année dernière, la Commission électorale ne compte pas avoir recours au house-to-house canvassing avec des représentants accrédités visitant chacun des ménages pour inscrire les électeurs.
La Commission électorale compte ouvrir des centres d’enregistrement à travers l’île, notamment dans des écoles primaires en vue de permettre aux électeurs de s’inscrire ou encore de confirmer s’ils font partie des registres électoraux pour la région. En prélude à cet exercice, la Commission électorale prévoit une campagne de sensibilisation dans la presse écrite et parlée pour préciser l’importance de cet enregistrement d’électeurs, notamment en prévision des prochaines élections municipales et villageoises, qui sont annoncées pour cette année.
Tout semble indiquer que ces prochaines élections régionales à Maurice, dans les arrondissements des cinq villes ou dans les quelque 130 villages du pays, seront organisées sur la base de ces nouveaux registres d’électeurs. De ce fait, ces nouvelles listes électorales devront entrer en vigueur plus tôt que la date butoir du 16 août aux termes des dispositions de la Representation of People Act régissant la tenue des élections.
Autodétermination
Ces nouvelles listes d’électeurs s’imposent car aux termes de la nouvelle Local Government Act, des conditions plus strictes sont imposées pour ceux qui veulent faire acte de candidature que ce soit pour les municipales ou les villageoises. Ils doivent faire preuve de leur lieu de résidence sur la base des registres de la Commission électorale pour se qualifier en tant que candidat, au cas contraire leur candidature sera rejetée. Ainsi, l’enregistrement des électeurs du 16 au 21 janvier devra permettre aux aspirants candidats de bien vérifier qu’ils soient inscrits sur la liste des électeurs en prévision du Nomination Day.
La Commission électorale est actuellement en consultations avec le State Law Office pour établir les modalités de cette variation of date en vue d’autoriser exceptionnellement l’utilisation de ces nouveaux registres d’électeurs avant le 16 août 2012. « Nous avons entamé des discussions avec le State Law Office pour mettre en place les procédures nécessaires pour ce qui est des registres de la Commission électorale », a fait comprendre au Mauricien le commissaire électoral Irfan Rahman, qui a confirmé que Rodrigues sera exemptée de cet exercice d’enregistrement pour éviter toute confusion dans l’esprit de l’électeur rodriguais en cette période de campagne électorale.
Par ailleurs, à Rodrigues, le premier week-end de 2012 s’annonce mouvementé sur le plan politique. L’OPR, le MR et le FPR, qui sont en lice pour les 18 sièges à pourvoir à l’Assemblée régionale, dont six sur la base de la représentation proportionnelle, organisent des rassemblements pour la présentation des candidats. Conscients de l’enjeu de cette première démonstration de force, les états-majors des partis multiplient les contacts avec l’électorat pour s’assurer de la mobilisation.
Le Front Patriotique Rodriguais (FPR) de Johnson Roussety a ainsi organisé une assemblée des délégués à Baie-du-Nord en début de soirée hier. Les délégués du FPR ont avalisé la participation de leur parti à la joute électorale du 5 février. Ils ont également pris connaissance d’une liste de 22 aspirants candidats, dont six femmes, avec les 18 noms annoncés officiellement lors de la manifestation de Grand-Baie dimanche. Le leader du FPR n’a pas encore décidé s’il sera candidat dans la région N°5 de Port-Mathurin ou s’il se retrouvera sur la liste des proportionnelles.
« Le thème de la campagne électorale du FPR sera axé sur l’autodétermination, soit davantage d’autonomie. Dans le cadre de cette nouvelle étape de l’autonomie, nous réclamons que le pouvoir politique appartienne aux Rodriguais, que la prérogative de la dissolution de l’Assemblée régionale soit assurée par le chef commissaire, ou encore que les textes de loi votés par l’Assemblée régionale de Rodrigues ne soient pas sous le contrôle de l’Assemblée nationale », a déclaré au Mauricien Johnson Roussety après l’assemblée des délégués du FPR d’hier.
Outre la liste officielle de ses 18 candidats aux élections régionales, le FPR compte également lancer son programme électoral basé sur le concept d’autodétermination à Rodrigues.