Vingt-et-une familles habitant ChatGaon à proximité de l’aéroport sont devant une offre d’Airports of Mauritius Limited (AML) pour l’achat de leur terrain dans le cadre des développements aéroportuaires. Ces derniers ont jusqu’au 15 janvier pour faire part de leur décision à AML. Ces terrains, d’une superficie de 1,6 arpent, constitueront une zone tampon pour protéger les habitants de la région du bruit des activités aéroportuaires.
Dans un communiqué émis à cet effet, AML indique que c’est à la suite des doléances des habitants de la région concernant les inconvénients sonores causés par les travaux qu’elle a enclenché des discussions avec les résidents affectés. Ainsi, une évaluation indépendante de la valeur des terrains de la zone prioritaire, identifiée après consultations avec les parties concernées, a été faite.
AML a fait une offre à 21 familles pour leur racheter leurs propriétés.
« Cette offre concerne principalement les habitants les plus affectés par les opérations de l’aéroport international SSR, dont les propriétés se trouvent au plus près de la piste ».
« Le but de cette acquisition est de constituer une zone tampon à proximité des endroits sensibles de l’aéroport pour protéger les habitants de la région du bruit généré par les mouvements aériens et les autres activités aéroportuaires et ce, selon le Master plan de l’aéroport », fait ressortir le communiqué.
Serge Petit, le Chief Executive officer d’AML, affirme : « L’exercice a pris fin en septembre 2011 avec la soumission des recommandations des experts selon les prix en cours sur le marché immobilier et de ce fait, après que le conseil d’administration d’AML a donné son aval, les offres officielles ont été envoyées aux propriétaires du quartier identifié aux abords de la Grotte Lane à ChatGaon le 30 décembre 2011 ».
La compagnie précise qu’elle privilégiera le dialogue avec les habitants concernés afin de compléter l’acquisition des terrains dans les plus brefs délais. Elle se tient ainsi à la disposition des propriétaires afin de trouver une solution convenable aux deux parties.
Par ailleurs, le communiqué fait ressortir qu’« il est aussi prévu que les autres propriétés adjacentes, identifiées pour le rachat par AML, soient acquises en deux autres phases qui s’échelonneront sur les prochaines années ».
Serge Petit soutient qu’« AML compte utiliser ces terrains, d’une superficie totale de plus de 1,6 arpent, en accord avec le plan de développement de l’aéroport, pour assurer des conditions optimales de sécurité pour les opérations aéroportuaires, conformes aux normes internationales ».