Jamal Saghir, directeur du département de développement durable à la Banque mondiale pour la région Afrique, affirme qu’il se pencherait d’abord pour un accès gratuit à internet à travers l’île par le biais du WIFI.C’était pendant la semaine lors d’une rencontre avec le comité Maurice Ile Durable, à Port-Louis.
Après avoir assisté à la présentation du programme gouvernemental, Maurice Ile Durable (MID) par le président exécutif du comité MID, Osman Mahomed, M. Saghir s’est entre autres prononcé pour une île Maurice avec accès internet gratuit qui couvrirait toutes les régions, comme c’est le cas dans d’autres villes, à l’instar de Séoul. Cette proposition, selon Osman Mahomed, se situe notamment dans le cadre du développement durable du secteur touristique. L’accès internet fera alors partie du produit proposé aux touristes haut de gamme.
Un des représentants des autorités mauriciennes à cette réunion devait souligner que le pays s’est d’ores et déjà embarqué sur ce projet avec quelques points d’accès internet gratuit, notamment aux abords des municipalités.
M. Saghir estime que Maurice jouissant déjà d’une bonne réputation, doit la maintenir tout en continuant à améliorer la qualité de vie des gens. Parallèlement, ajoute-t-il, avec un développement qui protège l’environnement. D’où une des questions-clés par rapport à un smart green growth (SGG) concerne la création d’emplois pour réduire au maximum la pauvreté dans le pays. Tout en soulignant que le MID s’échelonnera sur trois ans, il s’interroge sur les perspectives d’avenir pour les cinq à dix prochaines d’années et sur la façon dont le gouvernement compte quantifier ce qui est fait. Ce à quoi, M. Mahomed affirme que le comité a l’intention d’évaluer ce qui se fait par le mécanisme de WAVES (Wealth accounting and valuation of ecosystems), outil présenté par l’Agence française de Développement (AFD), il y a quelques semaines. Il souligne que le bureau central des statistiques s’équipera en ce sens, entre temps, pour apporter son soutien. D’ailleurs, poursuit-il, il y aura un réajustement du prix de l’eau potable bientôt.
Le président du comité a notamment réalisé une présentation de ce qui se fait dans le domaine du transport, de l’énergie et des déchets. Trois secteurs qui intéressent particulièrement la banque mondiale, fait ressortir M. Mahomed.
Parmi les projets concrétisés ou en phase de l’être, il a évoqué les campagnes de sensibilisation auprès de la population, la contribution du MID pour remplacer l’éclairage de rues et des maisons avec des ampoules économiques. Selon lui, le remplacement de 50 000 des 105 000 lampadaires de rues est pris en charge par le MID financièrement. Pour ce qui est des feux de signalisation, tous ont été remplacés, poursuit-il, à une question de la presse. Il devait noter que les ampoules domestiques avaient été vendues à un prix subventionné aux Mauriciens et entre autres, indiquer qu’à Rodrigues 10 % de l’énergie utilisée est éolienne. M. Mahomed a aussi observé que Maurice a une histoire concernant l’utilisation de l’énergie propre, notamment pendant les années 60-70 avec la bagasse.
Il note que les consultations publiques ont lieu en ce moment dans les collectivités locales. Le comité a déjà rencontré le public au conseil de district de Moka/Flacq ; à la municipalité de Vacoas/Phoenix ; et au conseil de district de Pamplemousses/ Rivière du Rempart ; à la municipalité de Curepipe ; au conseil de district de Rivière-Noire ; et à la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill. Mardi prochain, elle sera à la municipalité de Port-Louis, le jeudi 27 octobre, à la mairie de Quatre-Bornes et terminera cette tournée au conseil de district de Grand-Port/Savanne, le lundi 31 octobre. Toutes ces rencontres ont lieu entre 16 h 30 et 18 heures.