« Les entreprises qu’elles soient petites, moyennes ou grosses, doivent revoir leurs stratégies pour mieux faire face à la crise », a déclaré le président de la Chambre de commerce chinoise Armand Ahkong au dîner annuel de l’organisation au Restaurant Grand Océan au Caudan.
S’adressant à un parterre d’invités, dont le président de la République sir Anerood Jugnauth et lady Jugnauth, et l’ambassadeure de la République populaire de Chine à Maurice Bian Yanhua, Armand Ahkong a soutenu que les retombées de la crise économique globale, « l’une des plus terribles qu’on ait connues jusqu’ici », se font déjà sentir à Maurice.
Les entreprises de différents secteurs économiques, a poursuivi le président de la Chambre de commerce chinoise (CCC), ressentent les effets néfastes de cette crise. « Personne ne peut dire avec certitude comment la situation évoluera et quand cette crise s’estompera », a-t-il ajouté.
Armand Ahkong est cependant d’avis que malgré le fait que l’Europe, notre principal marché d’exportation, soit le plus sévèrement touché par la crise, des opportunités existent ailleurs, notamment dans les pays d’Asie. Tous les jours, a-t-il annoncé, des hommes d’affaires de la Chine, de l’Inde, entre autres, viennent rechercher des informations sur les opportunités d’affaires à Maurice ou avec des hommes d’affaires mauriciens. « Le pays est en mesure de jouer ce rôle de hub régional non seulement pour les activités offshore mais aussi dans les secteurs des Technologies de l’information et de la Communication (Tic) et de la manufacture. La question que l’on doit se poser est celle de savoir si on est en train de saisir ces opportunités. L’important est de ne pas rater le train », a déclaré le président de la CCC.
La CCC, a indiqué Armand Ahkong, accueille régulièrement des délégations d’hommes d’affaires, notamment de la Chine. La Chambre, a-t-il précisé, s’évertue à approfondir ses relations avec diverses organisations chinoises non seulement dans le domaine économique, mais aussi au plan culturel. « We encourage the development of the chinese culture in Mauritius. »
À ce propos, le président de la CCC a parlé de la réussite du Festival culinaire et culturel proposé par l’organisation avec le concours de l’ambassade de la République populaire de Chine à Maurice et de la HSBC. Il a salué le rôle joué par les maisons de commerce du Chinatown et de l’intérêt démontré par les membres de la communauté sino-mauricienne dans le succès du festival.
La CCC a par ailleurs développé des contacts avec les autorités de plusieurs provinces chinoises. Elle recevra cette semaine une délégation de la République populaire de Chine dans le cadre d’une tournée de prospection. Armand Ahkong a laissé entendre que des démarches sont en cours en vue de la création d’une association chinoise à Rodrigues.
La CCC de Maurice, qui compte 103 ans d’existence, est la deuxième plus vieille chambre à être créée hors des frontières de la République populaire de Chine. La première est celle de Singapour.
———————————————————————————————————————————
Siew Meng Tan (HSBC): « Beaucoup d’opportunités dans la région »
« Les opportunités pour Maurice dans la région sont immenses », a observé la Chief Executive Officer de la HSBC, Siew Meng Tan, guest speaker au dîner annuel de la Chambre de commerce chinoise (CCC). Elle a axé son intervention sur les similarités entre Maurice et Singapour, d’où elle est originaire.
Siew Meng Tan s’est jointe à la HSBC en 2004 et occupait le poste de Head of Commercial Banking de la branche singapourienne avant d’être affectée à Maurice.
Tout comme Singapour, Maurice n’a pas de ressources naturelles et compte une petite population et un marché limité de par sa taille. Cependant, comme Singapour avec les pays de l’ASEAN (Association of South East Asian Nations), Maurice a aussi des ouvertures sur un grand marché continental qu’est l’Afrique. « Singapour est considéré comme une porte d’entrée pour le sud-est asiatique comme Hong Kong l’est pour la Chine. La position stratégique de Maurice dans cette partie du monde constitue un avantage certain. Personne ne peut vous la prendre » , a déclaré Siew Meng Tan.
La CEO a déclaré qu’elle a effectué plusieurs missions de prospection en Afrique et qu’elle a découvert que les opportunités d’investissement y sont réelles. « La HSBC fait elle-même beaucoup d’efforts pour diversifier ses activités en Afrique et les invitations faites au groupe bancaire pour qu’il soit partie prenante des actions d’accompagnement des hommes d’affaires se multiplient. Les opportunités sont là mais il ne faut pas rester inactifs. »
Siew Meng Tan affirme qu’elle est encouragé par l’esprit d’initiative des hommes d’affaires mauriciens. « Les Mauriciens sont des passionnés, montrent leur résilience dans les moments difficiles et veulent tout le temps aller de l’avant », a-t-elle fait ressortir.
La CEO de la HSBC a par ailleurs mis l’accent sur l’accueil des Mauriciens. Elle a soutenu que la diversité culturelle facilite la tâche des entreprises étrangères qui veulent s’implanter dans le pays. « Je pense qu’à ce niveau les perspectives d’avenir sont intéressantes. Vous pouvez être des leaders dans la région et si vous agissez ainsi les autres vous suivront. »