Depuis le début de la semaine dernière, le comité de sélection de l’université de Maurice essaye d’expliquer à l’Equal Opportunity Commission pourquoi il n’a pas retenu la candidature du professeur Ameenah Gurib-Fakim pour le poste de vice-chancelier en dépit de ses diplômes et de son expérience. Pendant ce temps, la candidate recalée par la direction l’UoM continue à collectioner les nominations internationales. Le 15 avril, le professeur Gurib-Fakim a été nommée membre du  conseil de direction de l’African Academy of Science composé de quinze éminents scientifiques du continent africain. Par ailleurs, la semaine  dernière le quotidien français «Le Monde» publiait un portrait  du professeur Ameena Gurib Fakim présentée comme une scientifique qui « correspond à ce que doit être un universitaire aujourd’hui.» Un portrait flatteur qui vient confirmer que « nul n’est prophète en son pays.» Surtout à l’université de Maurice.