Après l’escale au port de Leith et la tournée à bord du yacht royal Britannia qui y est ancré en permanence, ayant été transformé en musée flottant, une petite balade dans le temps à Leith s’impose. Petite leçon d’histoire qui nous apprend que Leith n’a pas toujours servi l’intérêt des Anglais. En effet, au milieu du 15ème siècle, quand l’Ecosse était sous la tutelle française, Leith servait de port de débarquement pour l’armée française. Les Français la fortifièrent et en firent une colonie. Ils résistèrent au siège des Anglais en 1560 mais durent quitter la place après la signature du traité d’Edimbourg.
Le traité d’Edimbourg a été un tournant dans l’histoire moderne de l’Ecosse en mettant fin à la “vieille alliance” (‘Auld Alliance’) entre l’Ecosse, la Norvège et la France. Cette alliance avait été renforcée au 16ème siècle par des mariages entre les membres de la famille royale d’Ecosse et ceux de France. Mais le parlement écossais, très favorable au protestantisme, avait décidé de mettre fin à la guerre avec l’Angleterre, de reconnaître Elizabeth 1er pour reine d’Angleterre et d’instaurer la nouvelle religion comme culte officiel. La France renonçait, en signant le Traité d’Edimbourg, à tous ses droits sur l’Ecosse, lesquels lui avaient été confiés par la reine d’Ecosse Marie Stuart. C’est à Leith que débarqua Marie Stuart lors de son retour en Ecosse, l’année suivant la signature du traité.