Photo d'illustration

L’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) a intercepté trois ressortissants français logeant dans un domaine à Chemin Vingt-Pieds, Grand-Baie, qui ont purgé des boulettes d’héroïne valant Rs 6,7 M. Les suspects avaient réussi à fausser la vigilance des autorités à l’aéroport international SSR à leur arrivée à Maurice le 12 mars.

D’après les renseignements recueillis, Anthony Thierry Antonio Coelho (22 ans), Serene Tiera (24 ans) et Abdellah Merah (24 ans), tous résidant à Mormant en France, sont arrivés à Maurice à bord du vol MK 015 en provenance de Paris. Malgré le fait qu’ils avaient dans leur estomac des boulettes de drogue, leur état de santé était normal et ils sont même passés par le “screen test” qui n’a détecté aucun symptôme du Covid-19. Leurs bagages ont été passés au scanner où rien de suspect n’a été détecté. Ils ont alors quitté l’aéroport pour se rendre dans un domaine quatre étoiles à Grand-Baie.

Peu de temps après, l’équipe du sergent Mohun de l’Alpha Squad a obtenu des renseignements que les Français étaient peut-être des passeurs. Les policiers ont débarqué dans la chambre 105 qu’occupaient les Français et ils ont noté qu’Antonio Coelho avait déjà restitué 14 boulettes d’héroïne, Serene Tiera huit boulettes et Abdellah Merah 16 boulettes. Les enquêteurs ont également perquisitionné leur chambre et le passeport de chacun, les documents de voyage et trois portables ont été saisis. Les Français ont été conduits à l’hôpital Jeetoo à Port-Louis où Antonio Coelho et Serene Tiera ont chacun restitué encore deux et une boulette de drogue respectivement. La totalité de la drogue saisie pesant environ 452 grammes est évaluée à Rs 6,7 M.

Entre-temps, le surintendant Sharir Azima a donné des instructions pour monter une opération de “controlled delivery” dans le domaine où personne ne s’est présenté pour prendre livraison de la drogue auprès des trois ressortissants français. L’exercice a été annulé hier.

Antonio Coelho et Serene Tiera ont été placés en détention policière hier en attendant leur inculpation pour trafic d’héroïne au tribunal de Pamplemousses ce jeudi. Abdellah Merah est, lui, toujours hospitalisé et fera face à la justice plus tard. Leurs portables seront passés au crible afin d’obtenir le maximum d’informations sur leur contact local. À ce stade, aucun d’entre eux n’a encore donné sa version des faits. L’enquête se poursuit sous la supervision du DCP Choolun Bhojoo, responsable de l’ADSU.