Les habitants de Triolet sont sous le choc. Un garçonnet de 18 mois a en effet été enfermé dans une armoire par la “caregiver” d’une garderie de Triolet, qui voulait ainsi punir l’enfant. En apprenant cela, la directrice de cet établissement, âgée de 57 ans, a dénoncé son employée à la police jeudi. Selon elle, le délit remonte à novembre de l’année dernière. La quinquagénaire a toutefois précisé qu’elle n’était pas présente au moment des faits et que c’est la superviseuse qui lui a raconté ce qui s’est passé. Cette dernière s’occupait en effet des enfants quand elle a entendu des pleurs provenant d’un lit jouxtant une petite armoire. En ouvrant la porte, la superviseuse a été surprise de voir un enfant à l’intérieur, lequel semblait traumatisé dans le noir.

Le petit ne portait cependant aucune blessure externe. La responsable a immédiatement réclamé des explications auprès de la “caregiver”, laquelle a répondu qu’elle avait puni le garçonnet, « qui n’écoute pas les adultes ». Et d’ajouter : « Mo pe zis dres zanfan-la. Si aster-la pa pou dres li, kan pou dres li ? ». La directrice l’a interrogée à son tour plus tard, obtenant la même réponse. Le lendemain, explique la quinquagénaire à la police, elle a mis à la porte son employée. Cette dernière a cependant supplié sa patronne de « ne pas rapporter le cas » à la police. Les parents de l’enfant ont été mis au courant des faits. Plus tard, la quinquagénaire a appris que ce n’était pas la première fois que cette habitante de la localité agissait de la sorte contre des enfants de la garderie.

Estimant qu’il s’agissait d’un comportement grave, risquant en outre d’entacher sa réputation et de lui faire avoir des problèmes, la directrice a finalement rapporté le cas à la police. Une enquête pour “causing harm to child” a été ouverte et la “caregiver” sera bientôt convoquée par la police pour des explications. Cette affaire se déroule sous la supervision de l’ACP Dawoonarain.