Jeune et conscient quant à son avenir, Daren Chinapyel apprécie la vie à sa juste valeur. Proche des préoccupations de la vie courante, les ambitions, il en a plein la tête et a hâte de les accomplir. A 30 ans, le superviseur d’une compagnie de relations publiques locale met les bouchées doubles et essaie au mieux de mettre toutes ses chances de son côté. Il suit une formation pour enseignants la journée et travaille le soir. Il arrive à gérer les deux en dépit des contraintes. ʺAvant d’entrer dans le monde de la communication, j’étais dans le milieu du professorat pendant quelques années aux Seychelles. C’est un domaine que j’aime. Finir ma vie à apprendre à lire et à écrire aux enfants me convient.ʺ

De plus, touché particulièrement par ceux accablés par les problèmes sociaux, il a su donner beaucoup de sa personne en travaillant durant sa vingtaine au sein d’une ONG. Le jeune homme sait ce que c’est que d’avoir un manque et de ne pas pouvoir y remédier. Aujourd’hui, il panse les blessures provoquées par l’absence de son père en réussissant sa vie. Il a pu compter durant son enfance et son adolescence sur le soutien de sa mère. ʺJe fais de mon mieux pour arriver à mes fins. J’aurais aimé que mon père soit là pour me voir gravir les échelons. Je n’ai jamais connu mon père, il est décédé quand j’avais quelques mois. Ma maman a toujours été là pour moi. J’ai beaucoup de reconnaissance à son égard. Maintenant, je fais tout pour la rendre heureuse. C’est la moindre des chosesʺ, confie ce Curepipien qui se donne les moyens de mener une vie stable.

La boîte à questions
Notre invite a plongé sa main dans notre boîte à questions. Et le hasard lui a imposé ce qui suit.

Après votre passage sur terre, que souhaiteriez-vous que l’on dise de vous ?

Je ne pense pas forcément à après ma mort. Comme on dit, ce qui doit arriver arrivera, chaque chose en son temps. J’aurais aimé marquer les gens maintenant et non pas que les autres disent du bien sur moi quand je serais mort.
Vivre d’amour et d’eau fraîche, ça vous dit ?
J’aimerais bien mais ce n’est pas possible dans le contexte actuel car j’ai d’autres choses à faire (rires).

Quelle sera votre première action le jour où l’on vous nommera Premier ministre ?


Il y a tellement de choses que j’aurais aimé faire si j’étais Premier ministre. Je mettrai plus l’accent sur les projets sociaux, des maisons pour ceux qui n’en ont pas, c’est-à-dire, un plan de logement, un plan d’études pour les jeunes et créer plus d’emplois, entre autres. Il faut aussi bien encadrer les jeunes. Il est essentiel selon moi d’investir dans les projets sociaux afin d’éradiquer la pauvreté.

Quel est le plus beau compliment que l’on puisse vous faire ? Et le pire ?
On me dit souvent que je suis intelligent et que je suis d’humeur communicative. Je mets les gens à l’aise. Par contre, quelqu’un m’a déjà dit que je suis calculateur.

Confiez-nous votre plus grand secret ?


Un secret reste un secret (rires).

Quel est l’état de santé de votre porte-monnaie en ce moment ?


Je dirai pas mal. Je ne me plains pas.

Racontez-nous le plus grand secret que vous a confié votre meilleur(e) ami(e) ?


Encore une fois, un secret reste un secret. Je ne partage pas les secrets de mes amis.

C’est officiel, le Père Noël existe et lit cette rubrique. Que souhaitez-vous lui demander ?

Pour une fois, je pense à moi (rires). J’aurais bien aimé accomplir mes projets aussi bien professionnels que personnels.

Qu’offririez-vous au Premier ministre s’il venait chez vous à l’heure du dîner et de quoi lui parleriez-vous ?


Je ne connais pas les goûts du Premier ministre mais s’il vient chez moi, c’est ma maman qui cuisinerait. Elle préparerait sans doute des crevettes en sauce rouge, de la salade et du riz. A table, je le questionnerais sur son parcours. De ce fait, j’aurais un autre aperçu et non décortiqué par les gens. Cela m’intéresse beaucoup de savoir un peu plus sur lui. J’aurais aimé savoir comment il a vécu son ascension au poste de Premier ministre vu qu’il est fils d’un ancien Premier ministre et de savoir comment il fait avec un père aussi sévère. Pour finir, j’aurais bien aimé connaître sa vision pour notre île et qu’est-ce qu’il peut faire de plus pour les autres.

Qu’auriez-vous fait si vous aviez les pouvoirs de Superman ?


J’accomplirais sans doute les mêmes choses que Superman mais un peu plus réaliste. Dans un premier temps, je stopperais les guerres et je détruirais toutes les armes. Également, je changerais les choses sur le plan environnemental afin de sauver la planète.