David Gaiqui sera entendu comme “ main witness ” ce matin par la National Human Rights Commission (NHRC) à Port-Louis. L’enquête initiée par la commission pour faire la lumière sur les allégations de maltraitance et de brutalités policières perpétrées par la Central Investigation Division (CID) de Curepipe lors de la détention de David Gaiqui, le 26 janvier, est en effet passé à la vitesse supérieure.

Avec les allégations de brutalités policières et de maltraitance dont David Gaiqui dit avoir été victime lors de sa détention, la NHRC enregistrera la version du “ main witness ” Gaiqui pour les besoins de l’enquête. La Police Complaints Division (PCD), tombant sous la NHRC, prévoit aussi une reconstitution des faits en compagnie de son homme de loi, Me Anoup Goodary, au poste de police de Curepipe aujourd’hui, où le prisonnier allègue avoir été victime de plusieurs actes de maltraitance de la part de policiers.