Elle aborde la vie avec une facilité et un sourire déconcertants. Davina Racoude est un bout de femme qui se laisse vivre au quotidien, sans se préoccuper du qu’en-dira-t-on. Très franche de nature, elle déteste l’hypocrisie, les faux-semblants et l’oisiveté chez l’être humain. À 34 ans, elle est employée depuis une quinzaine d’années dans une boutique de prêt-à-porter féminin à Rose-Hill. Fidèle à Scope, elle se souvient que dans son enfance, ses parents ne manquaient jamais d’acheter ce magazine. Elle est aussi très fleur bleue et adore sans complexe les séries à l’eau de rose et se plonger dans les telenovelas. Ses feuilletons du moment : De l’autre côté du mur et Frères rivaux.

En tant que fashionista endurcie, elle croque toutes les rubriques de mode qu’elle peut trouver dans les revues d’ici et d’ailleurs, et ne manque jamais un épisode de Les Reines du shopping sur M6. Bien qu’elle ne se ruine pas en shopping, Davina Racoude aime se faire plaisir à l’occasion. “Mes pêchés mignons, ce sont les sacs à main et surtout les chaussures”, avoue-t-elle dans un rire contagieux.

La boîte à questions

Notre invitée a plongé sa main dans notre boîte à questions. Et le hasard lui a imposé ce qui suit.

Si on vous donne la possibilité de vivre une journée dans la peau d’une autre personne, qui choisirez-vous et pourquoi ?

Je suis tentée de répondre en une jeune fille asiatique, car j’adore l’image qu’elles renvoient. Plus concrètement, ce serait en Jennifer Lopez. C’est une star qui m’inspire beaucoup. J’adore son look et son style. Qu’elle soit une millionnaire qui possède des maisons luxueuses et roule dans des voitures à des prix exorbitants, cela m’intéresse moins. Mais, c’est bonus… (rires).

Qu’offrirez-vous au Premier ministre s’il vient chez vous à l’heure du dîner et de quoi lui parlerez-vous ?

Je suis beaucoup plus gourmet que gourmande. Mais un de mes plats préférés, c’est un bon vindaye de poisson, accompagné de riz et de salade. C’est sûr que j’offrirai ce mets au premier ministre, juste pour être en mesure de partager un peu de mes goûts culinaires avec lui.

Je travaille à Rose-Hill. Presque tous les jours, avec les travaux liés au Metro Express, c’est un véritable chemin de croix pour me rendre sur mon lieu de travail. Je ne manquerai pas de dire au Premier ministre d’être plus prévoyant à l’avenir avant de mettre en place des projets de cette envergure.

À quelle occasion sortez-vous le champagne ?

Le champagne est de sortie lors d’un anniversaire ou d’un mariage. C’est une tradition dans la famille de fêter comme il se doit le jour spécial qu’est un anniversaire, car cela se passe une fois l’an. C’est aussi une bonne occasion de faire la fête et de partager un moment en famille.

Comment définiriez-vous votre pays ?

Maurice est un pays de rêve et une destination idyllique pour les touristes. Nos plages, nos beaux paysages et d’autres attractions font rêver. Même si l’on est tenté de voyager dans d’autres pays pour le plaisir de découvrir d’autres cultures, je pense qu’il est primordial de commencer par connaître et apprécier la beauté de notre île. Nos hôtels sont paradisiaques et nous permettent de nous évader et de couper avec le quotidien.

Ce qui fait la plus grande force du pays, c’est sa dimension multiculturelle. Nous devons par tous les moyens préserver l’harmonie et la fraternité, car c’est notre plus belle richesse.

Que direz-vous à Dieu quand vous le verrez ?

Très bonne question. Je pense que je lui dirais pourquoi avoir créé le monde si c’est pour voir ses enfants autant souffrir. Pourquoi faut-il qu’il y ait des gens qui vivent dans la précarité ? Pourquoi faut-il qu’il y ait des enfants qui vont dormir le ventre vide et qui n’ont pas les moyens d’avoir une vie et une éducation décentes ?

Par ailleurs, on voit trop souvent des femmes qui souffrent de ne pas pouvoir avoir d’enfant.

Confiez-nous votre plus grand secret.

Je n’ai pas de secret. Je suis un livre ouvert (rires). Pas la peine d’insister ! J’ai beau me creuser la tête, je n’en trouve aucun.

Quelle sera votre première action le jour où l’on vous nommera Premier ministre ?

Je compte apporter des lois afin d’éradiquer la pauvreté à Maurice. C’est un projet qui me tient personnellement à cœur. Il faut également favoriser une meilleure hygiène de vie chez les Mauriciens. On ne peut pas continuer à manger n’importe comment, car cela a des conséquences sur notre santé.

Quel est l’état de santé de votre porte-monnaie en ce moment ?

Nous sommes au milieu du mois. Il se porte assez bien. Mais si je ne contrôle pas mes dépenses, il risque d’être sous perfusion dans quelques jours. Je travaille dans un centre commercial : lorsque quelque chose me plaît vraiment, je ne pense pas à deux fois pour me faire plaisir.

C’est officiel, le Père Noël existe et lit cette rubrique. Que souhaitez-vous lui demander ?

J’ai trois souhaits. Le premier : m’apporter les dernières tendances en chaussures et sacs à main. Je souhaiterais aussi qu’il m’aide à réaliser mon rêve d’acheter une maison dans les beaux quartiers de Phoenix. Pour terminer, j’aimerais qu’il me donne les moyens d’aider davantage ceux qui sont dans le besoin.

Vivre d’amour et d’eau fraîche, ça vous dit ?

Je n’y ai jamais réfléchi. En réalité, je sais que c’est impossible. Mais si l’amour se présente à ma porte, pourquoi ne pas essayer ?