Lancée en 2015, la compagnie de recrutement mauricienne Day-Click possède déjà une base de données de plus de 250 candidats désirant travailler dans le domaine du tourisme. Ayant constaté un manque au niveau de la formation des jeunes et la difficulté que rencontrent les hôteliers à trouver des personnes qualifiées, l’entreprise locale encadre et développe les compétences des jeunes pour qu’ils puissent trouver un emploi temporaire ou permanent dans l’hôtellerie. Day-Click compte bientôt recruter des candidats pour des postes à l’étranger.
Day-Click a démarré ses activités en 2015 et a été acquise en 2017 par le groupe africain Workforce, qui existe depuis 45 ans. « Day-Click est une petite entreprise avec une belle vision. Au départ, Nora Françoise et moi avions décidé de nous investir dans une idée avec une personne qui était dans le domaine de l’hôtellerie, mais qui a malheureusement perdu son travail et qui est partie. À ce moment, nous avions pensé à mettre la clé sous le paillasson mais nous ne l’avions pas fait. On croyait en notre idée et Workforce a acheté l’entreprise pour que nous puissions continuer à atteindre notre but. Day-Click continue ses activités mais voit plus grand à travers cette acquisition », dit Aline Harbec-Atchia, l’une des directrices de la compagnie. Elle ajoute que l’entreprise s’est focalisée sur le tourisme car il y avait un besoin de trouver des gens qualifiés pour travailler rapidement dans les hôtels, surtout durant les périodes festives. « Aucune agence n’offrait des emplois dans ce secteur principalement pour les périodes de fêtes », dit-elle.
Gillian Blyth, directrice générale de Day-Click, avance que la société offre un service innovateur et travaille dans la durée avec des clients. « Notre but est d’autonomiser nos employés pour qu’ils puissent créer leur plan de carrière ». Si un candidat commence sa carrière dans un hôtel quatre-étoiles et répond à ses exigences, ce dernier, indique Gillian Blyth, pourra faire une entrée dans un hôtel de classe supérieure. « Nous voulons que l’employé reste avec nous car nous offrons des services taillés sur mesure. Nous voulons aussi donner un emploi aux Mauriciens pour qu’ils puissent s’épanouir et avoir un choix de carrière dans laquelle ils peuvent évoluer. » La différence avec Day-Click, c’est qu’elle permet aux jeunes écoliers d’avoir un stage dans un hôtel pour acquérir des compétences.
L’entreprise locale travaille avec plus de cinq hôtels à Maurice allant de trois à cinq étoiles. Pour que les candidats puissent répondre à la demande de l’employeur, Tania Pantchoo, Branch Manager, indique qu’il existe un processus rigoureux. « On fait d’abord une présélection des candidats et ensuite on fait un suivi de ces personnes qui seront employées sur une base temporaire », explique-t-elle. L’entreprise fait le coaching des candidats pour s’assurer qu’ils aient le profil correspondant aux attentes de l’hôtel. Day-Click ne cible pas uniquement ceux ayant de l’expérience mais également ceux qui n’en ont pas. De plus, elle avance qu’il est difficile pour un jeune de trouver du travail à Maurice après sa scolarité secondaire. Sur 80 personnes, Day-Click n’a trouvé que 20 personnes capables de travailler dans un hôtel cinq-étoiles. « On ne prend pas assez de temps pour voir ce qu’on peut faire après l’école. On ne sait pas ce qu’on peut faire ou pas. Notre travail, c’est d’être un miroir pour autonomiser les candidats pour qu’ils sachent quelles sont leurs qualités et leurs limites », précise Tania Pantchoo.
Day-Click a déjà placé 150 candidats dans divers hôtels à travers l’île. Les intéressés, peuvent contacter l’entreprise sur Internet ou lire les informations disponibles sur la brochure de l’entreprise. Le candidat sélectionné signe un contrat avec Day-Click qui le place dans un hôtel. « Nous considérons les compétences du candidat qui doivent répondre à la demande du client, à son plan de travail et si la recrue pourra s’adapter à la culture de l’entreprise. La personne nous contacte à travers Facebook ou alors les informations passent de bouche-à-oreille », indique Tania Pantchoo, précisant que la compagnie est responsable de l’employé tout au long de sa carrière à l’hôtel où il travaille. Pour augmenter le nombre de candidats, Day-Click participe à des salons de l’emploi, à l’instar de celui qui se tiendra ce samedi à Flacq et un autre le 28 octobre à Rose-Hill.
Le choix des candidats ne se fait pas uniquement en se basant sur leurs qualifications académiques. « Si un candidat est motivé, on le prend aussi », dit la Branch Manager. Pour ceux qui n’ont pas les compétences requises, Day-Click les prépare à leur entretien. « On fait des simulations d’entretiens d’embauche. On fait une première phase ensuite c’est l’hôtel qui fait la deuxième. On regarde si la personne peut s’adapter au style de gestion de l’hôtel ». Avant qu’un candidat n’occupe son poste, l’entreprise effectue une séance de formation. « On ne lâche pas les gens mais on les encadre », dit-elle, ajoutant que Day-Click veut faire les choses « différemment », par rapport à d’autres agences de recrutement du pays. « Nous sommes une compagnie qui offre des solutions aux gens à travers le staffing et la formation. Nous sommes responsables des gens de l’entreprise où nous envoyons nos candidats », ajoute-t-elle.
Les directrices de Day-Click sont unanimes. Il y a un manque de préparation pour un emploi pour une personne qui quitte l’école pour aller travailler. « Un chef d’établissement de formation que nous avons rencontré est d’accord qu’il est temps d’avoir cette préparation pour que les jeunes puissent trouver facilement du travail », souligne Gillian Blyth. Elle ajoute que les stages offerts dans les hôtels sont souvent prédéfinis et que le stagiaire a toujours une personne qui l’encadre. « Dès que cette personne le laisse seul, il est perdu ». Elle avance aussi avoir noté que certains candidats n’ont pas un curriculum vitae approprié et ne savent même pas ce qu’ils doivent publier sur le réseau social. « Ils doivent savoir ce qu’ils publient en ligne car c’est la nouvelle façon de recruter. On explique aux jeunes qu’il ne faut pas chercher un travail de rêve mais plutôt un travail qui leur permettra de vivre », dit Tania Pantchoo.
Day-Click, qui se focalise en ce moment sur les emplois à Maurice, compte à l’avenir placer les candidats dans des hôtels en Afrique du Sud. Day-Click ne compte pas rester uniquement dans le secteur du tourisme mais souhaite élargir son service de recrutement dans d’autres domaines. Elle envisage aussi d’établir des partenariats avec ceux ayant travaillé dans les hôtels pour qu’ils puissent guider les jeunes dans leur choix de carrière. Day-Click emploie principalement des Mauriciens.