Amitié et passion pour la musique. Voilà deux éléments qui réunissent les six membres de Days Order. Une nouvelle formation de jeunes musiciens et chanteurs qui sont loin d’être des novices de la scène locale. Ces jeunes, qui assument être des dezorder dans l’âme, ont pour particularité des reprises qu’ils prennent grand soin de retravailler et mélanger avec plusieurs styles musicaux. En plusieurs représentations, ils ont pu tester cette recette de créativité. Le feedback a aussitôt été positif et très encourageant. Avec eux, on oublie souvent la version originale d’une chanson. La locomotive est lancée et de nombreux projets sont en chantier.
Une mouvance musicale est en marche à Maurice. Une situation qui n’a pas échappé à la bande de Days Order. Le public a changé, du simple spectateur aux passionnés de bonne musique, ils sont de plus en plus ouverts aux nouveautés. Le moment opportun pour ces débutants de se mettre en avant. D’emblée, les membres affichent la couleur “Nous ne sommes pas que de passage. Nous n’avons pas l’intention de débarquer pour faire un show et ensuite disparaître. Si nous avons pris la décision de nous réunir c’est surtout pour mettre nos idées ensemble et avec un but précis, celui de partager et transmettre l’émotion que nous ressentons à travers la musique.”
Récemment, le public a pu découvrir cette formation musicale composée de Jean-Jacques Valery (bassiste), Christopher Amurat (chanteur), Vincent Nombro (claviériste), Linley Morvan (chanteur), Christophe Joseph (percussionniste/batteur) et Emmelyne Marimootoo (chanteuse/guitariste).
C’était à l’occasion de l’ouverture de l’Akoustic Corner au Backstage. Les Days Order avaient assuré la première partie de cette soirée. Ce n’était cependant pas leur première apparition puisqu’ils ont aussi joué au Kenzi Bar. Depuis l’année dernière, ces passionnés, dont certains sont déjà des visages connus, se sont lancés dans une nouvelle aventure “qui n’a rien à voir avec ce qu’on faisait jusqu’à présent”. “Chaque prestation est unique et ça nous étonne nous-mêmes. On s’est vraiment bien trouvés. Nous avons une synergie à part entière et le public l’a très vite capté”, explique Jean-Jacques Valery.
Pour ceux qui ne les ont pas encore vus sur scène, quelques vidéos postées sur leur page Facebook et YouTube donnent une idée “de notre trip”, précise Linley Morvan. Qu’en est-il plus précisément ? Pour résumer, les Days Order se tournent vers une musique genre fusion, un mélange de styles, de sonorités, de rythmes. Ils prennent une base qu’ils décortiquent “selon notre mood du moment”. “Il y a des périodes où nous sommes accros à un style de musique comme actuellement nous sommes à fond dans le maloya. Lorsqu’on choisit un morceau, on insère cette mélodie à d’autres arrangements et le résultat reflète chacune de nos personnalités. Nous sommes des vrais dezorder dans notre manière d’interpréter et de jouer un morceau”, affirme Christophe Joseph, “E.T.” pour les intimes. D’ailleurs, dès le départ, leur ligne de conduite était de ne pas tomber dans un schéma classique. “Chacun trouve sa place et peut exprimer ses idées. Nous n’avons pas de leader et ça marche très bien ainsi. Nous passons beaucoup de temps ensemble. Ce lien est rare et cela fait notre force”, souligne Vincent Nombro.
Chaque prestation est l’occasion pour les Days Order de se déchaîner sur scène pour rendre le spectacle unique. Bien qu’ils soient au début de leur aventure, ces artistes, âgés entre 19 et 24 ans, ont réussi à se distinguer grâce à leurs aptitudes en improvisation. Une maîtrise acquise lors de leurs expériences respectives. Loin de se figer dans ce style de reprises, deux des membres de Days Order, à savoir Linley Morvan et Christopher Amurat alias Tofer, travaillent d’ailleurs déjà sur leurs propres compositions. D’ici quelques mois, le groupe espère présenter une autre facette de son talent. En attendant, plusieurs dates de sorties figurent à leur agenda. Une bande d’amis dont le parcours réserve encore d’autres surprises.