Les avocats de la défense et de la poursuite ont soumis leurs plaidoiries dans le procès intenté à Michel de Ravel de l’Argentière, 57 ans, accusé d’attouchements sexuels et d’attentats à la pudeur sur une dizaine de fillettes. Me Roshan Santokhee, qui représente la poursuite, a tenu à rappeler lors de son réquisitoire « les moments difficiles » endurés par les victimes, dont certaines « en larmes en cour, démontrant l’étendue des dommages causés ».

Michel de Ravel de L’Argentière a plaidé coupable sous 14 charges, alors que 21 charges sont portées contre lui dans ce procès en Cour intermédiaire. Cet habitant de Rivière-Noire est poursuivi pour “attempt upon chastity upon a child of less than 12”. Il a plaidé coupable pour attentat à la pudeur sur huit fillettes, la plus jeune était âgée de 4 ans au moment des faits. Pour certaines victimes, les attouchements ont été perpétrés plus d’une fois.

Ces filles sont les enfants d’amis de Michel de Ravel de L’Argentière, qui venaient passer le week-end chez ce dernier à Tamarin. Ainsi, revenant sur les versions des différentes victimes, Me Santokhee a soutenu que les celles qu’elles avaient données en cour corroboraient avec celles qu’elles avaient consignées à la police.

Me Gavin Glover, SC, qui défend Michel de Ravel de l’Argentière, a soutenu pour sa part que certaines victimes, en raison de leur jeune âge, « n’ont pas été précises sur les années où ces délits ont été commis » et que « leur mémoire a pu leur jouer des tours avec l’influence exercée par d’autres personnes ». Il devait ainsi soutenir qu’il serait « unsafe to convict as regards the state of evidence before the court », notamment car l’une des victimes avait entretenu une relation extraconjugale avec l’accusé pendant des années. Le procès a été ajourné au 21 juin pour que la poursuite complète sa plaidoirie. À noter que dans ce procès, Mes Gavin Glover, SC, et Siddartha Hawaldar représentent Michel de Ravel de l’Argentièr