Après une tentative ratée de sauver un jeune mutant au pouvoir destructeur, Deadpool se voit contraint de rejoindre les X-Men. Il est jeté en prison anti-mutants. Arrive Cable, un soldat venant du futur et ayant pour cible le jeune mutant, en quête de vengeance. Deadpool décide de le combattre. Peu convaincu par les règles des X-Men, il crée sa propre équipe, la X-Force. Mais cette mission lui réservera de grosses surprises, des ennemis de taille et des alliés indispensables. L’insolent mercenaire de Marvel remet le masque ! Plus grand, plus-mieux, et occasionnellement les fesses à l’air.

Que celui qui n’a pas aimé le premier Deadpool aille se faire voir chez et par les Teletubbies. Car alors qu’on avait cru avoir tout vu en matière de superhéros, M. Pool nous a clairement démontré que dans l’univers Marvel, on peut aussi être un super-zozo et s’en sortir avec les clameurs qui, dans un passé beaucoup plus lointain, étaient uniquement attribuées à Zorro. En passant, si l’évocation du nom de Zorro ne vous dit rien, allez vous faire voir chez les Bisounours. Aux autres, rappelez-vous de la classe, de la prestance et de l’allure de Don Diego de la Vega, ce cavalier surgissant seul hors de la nuit, courant vers l’aventure au galop. Deadpool n’est pas du tout du genre. D’ailleurs, il n’a pas de cheval. Et côté classe, nous avons de fortes raisons de penser que ce malotru pourrait avoir eu pour mentor un ministre souffrant d’incontinence urinaire et verbale.

Bon. Revenons à nos morts et parlons de Dead. Ainsim le superhéros en collant bordeaux a fait un bout de chemin depuis la sortie du premier film, en 2016. Contre toute attente, dans un déferlement d’humour noir et de coups, il avait battu plusieurs records lors de son exploitation en salles. C’est devenu le plus gros succès au box-office mondial pour un long-métrage classé R (les mineurs de moins de 17 ans doivent être accompagnés d’un adulte).

Une suite réussie.

En Europe, le film bénéficie d’une critique favorable : “Une suite réussie et plus aboutie que le premier chapitre, avec une scène post-générique à ne pas manquer (…) Doublement plus drôle, doublement plus intelligent, Deadpool 2 relève encore le niveau. Un plaisir de spectateur qu’on n’avait pas connu depuis longtemps.”

Dans ce second opus de Deadpool, le superhéros doit former la X-Force afin de lutter contre son ennemi, Cable (Josh Brolin). On retrouve Negasonic Teenage Warhead, alias Ellie Phimister, campée par Brianna Hildebrand, qui était déjà présente dans Deadpool, et Peter Rasputin, alias Colossus, victime des facéties de Deadpool, qui était aussi de la partie dans le premier volet. Zazie Beetz, quant à elle, se glisse dans le costume de Domino, mutante pouvant manipuler la chance et le hasard. Il y a aussi Bill Skarsgard, qui est l’incarnation du cyborg Garrison Kane, ex-membre du 6 Pack, le groupe de mercenaires mené par Cable. Terry Crews est le mutant Jessie Aaronson, alias Bedlam, capable de générer des champs bioélectriques et traquer les signatures énergétiques. La jeune femme au lasso, incarnée par Kutsuna Shioli, pourrait être Kirika Yashida, la fille de Wolverine et Mariko Yashida.


Cable

Il a fait une entrée fracassante dans la première bande-annonce de Deadpool 2. Josh Brolin prête ses traits à Cable, Nathan de son vrai nom, personnage apprécié de l’univers Marvel, créé en 1986. Ce X-Men à l’apparence d’un cyborg est le fils de Scott Summers alias Cyclope et d’un clone de Jean Grey. Alors qu’un groupe de mutants tente d’arrêter Apocalypse, ce dernier infecte le nouveau-né à l’aide d’un virus techno-organique qui touche son œil droit, son bras et son épaule gauche. Ils sont remplacés par des pièces bioniques. Nathan possède aussi des pouvoirs télékinésiques et télépathiques (comme ceux de sa mère, Phoenix) qu’il ne peut utiliser totalement : le peu d’énergie qui lui reste sert à ralentir le virus…

Dans les comics, Cable est envoyé dans le futur par sa sœur Rachel Summers afin qu’il puisse profiter d’une vie normale, loin de la guerre. Après avoir développé et contrôlé ses pouvoirs, le super-soldat décide de voyager dans le temps dans le but d’arrêter Apocalypse. C’est de là que lui vient son surnom : Cable, pour le lien qu’il fait entre le passé et le futur.

Côté super-pouvoirs, Cable a de quoi faire des jaloux : son œil droit lui permet de voir dans le noir et à travers la matière tandis que son bras bionique lui confère une puissance surhumaine. Mais ce qui fait de lui un allié ou ennemi de taille, c’est son impressionnant arsenal technologiquement avancé. Eh oui, Cable aime les gros engins…