Le comité technique découlant de la commission Faugoo sur le projet de réforme électorale s’apprête à remettre au Premier ministre, Navin Ramgoolam, une seconde version du Draft Constitutional Amendment Bill pour éliminer la déclaration de la communauté des candidats à des élections générales et pour introduire une dose de représentation proportionnelle. Cette étape devra être franchie avec une nouvelle réunion de cette instance convoquée à la mi-journée pour mettre au point cette ébauche revue et corrigée des amendements à la Constitution. À partir de là, le comité sera dans l’attente des dernières Policy Directives des leaders politiques pour fignoler la version finale du projet de loi devant constituer le tremplin pour lancer la réforme électorale. Dans l’immédiat, un important obstacle sur la voie de la réforme électorale, soit le seuil de qualification de 10 % pour la représentation proportionnelle, est sur la voie d’être aplani alors qu’un consensus se dégage au sujet de la représentation féminine par rapport au niveau des investitures que ce soit pour le First Past the Post au niveau des 21 circonscriptions, y compris y compris Rodrigues et l’option des Multiple Candidatures.
Les membres du comité technique, comprenant le Solicitor General, Me Dhiren Dabee, Senior Counsel, des officiels du State Law Office, de la Commission Électorale, dont le commissaire électoral, Irfan Rahman, et l’ancien chef juge sir Victor Glover, ont eu une longue séance de travail hier et prévoient de se réunir demain pour mettre au point les détails de cette seconde version du Draft Constitutional Amendment Bill.
L’un des principaux points en discussions depuis la semaine dernière demeure l’éventualité d’un 60/0 avec l’étape du First Past The Post et aucun autre parti politique ne se qualifiant pour les sièges sous la PR avec la barre des 10 % non-atteinte, rendant du même coup caduques les autres composantes de la réforme électorale et également une absence de députés dans les travées de l’opposition après les élections. À ce stade des discussions sur le projet de réforme, une approche plus flexible avec les 10 % a été adoptée.
Interrogé par Le Mauricien ce matin, l’Attorney General a confirmé que les nouvelles dispositions envisagées dans le cadre des amendements constitutionnels devront satisfaire les autres parties tout en évitant de se retrouver avec une Assemblée nationale sans opposition en cas de 60/0.