RAJESH BHAGWAN : « Despite the need, Patient Mauritius  has not received the appropriate care »
Pour marquer les esprits, le whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, a eu recours hier à un lexique pathologique et à de l’humour, même s’il devait préciser que tel n’était pas son intention. En vue de rendre ses idées plus frappantes, il devait utiliser la personnification en décrivant Maurice comme une patiente qui avait besoin de soins intensifs, mais qui « n’a su recevoir les soins appropriés » depuis l’installation du gouvernement actuel.
Rajesh Bhagwan devait qualifier l’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo de « so-called magician » et ironiser sur l’« epizod bal kouler » à propos de l’ancien ministre de l’Environnement Raj Dayal. Quant à la volonté du gouvernement de nettoyer le pays, il a commenté : « Certains nettoyeurs étaient en fait des salisseurs. » S’agissant du Budget lui-même, Rajesh Bhagwan est d’avis que le Grand Argentier « a su tirer son épingle du jeu. Du moins pour le moment, car le plus dur reste à faire : relancer la croissance économique et l’emploi ».
« Patient Mauritius ». C’est ainsi que le député mauve a décrit la population et ses attentes face au gouvernement. Pour lui, la préoccupation première du moment est bien la situation économique et son impact social sur la population. Mais, dit-il, « despite the need for intensive care, Patient Mauritius has clearly not been receiving the appropriate care and medication since the sitting government has assumed office ». C’est ce qu’il ressent, dit-il, en visitant les familles dans sa circonscription et lorsqu’il discute avec les opérateurs économiques de divers secteurs. « Les choses ont empiré pour ceux à revenus faibles et moyens de même que pour ceux à la recherche d’un emploi. Malgré un bas taux d’inflation, les gens ont des difficultés avec le coût de la vie ». Et de poursuivre : « Alors que Patient Mauritius attendait un miracle économique et de récupérer rapidement, depuis 2015, il n’a pas été très chanceux entre les mains de son médecin… ».
Il devait rappeler « the golden dreams » d’un miracle économique « vendus par le ministre des Finances ». « Tout le monde au gouvernement est tombé sous le charme du so called magician. He took the whole nation for a pitiful ride and was more interested in his gold placements financed by euro loans. While ailing Patient Mauritius was expecting to have a dedicated doctor at its bedside, it had a mortuary assistant who had already an eye on the patient’s gold watch ». Quant à l’épisode « bal kouler », dit-il, « il a donné une indication claire d’une atmosphère de corruption ». Avec le nouveau ministre des Finances, estime Rajesh Bhagwan, « the new doctor in charge of the ailing patient. La première chose qu’il a faite : déchirer l’ordonnance et commencer à nouveau. Rupture ! » Pour lui, le Budget comporte quelques mesures positives, notamment le programme d’éradication de la pauvreté. D’autres, comme la baisse du prix du gaz, « ont eu un effet éphémère, car, de l’autre côté, les prix de l’alcool et du tabac ont pris l’ascenseur ». Le député s’est ensuite attardé sur les Infrastructures publiques et l’Environnement. Il a déploré l’état actuel de l’autoroute M1, « preuve d’un underperforming minister ».