Pratibha Bholah est revenue sur le Budget. Selon la PPS, de nombreuses mesures viennent « soulager » la population, permettant la construction d’une « île Maurice meilleure ».
« Nous reconnaissons que nous ne pouvons changer la crise de l’euro ou la situation aux États-Unis. Cependant, le ministre des Finances a non seulement réussi à nous apporter de nouvelles mesures, mais aussi à “managed the checks and balances in order to buffer and adapt to the impact of these challenges” », a déclaré la PPS Pratibha Bholah. Selon elle, Xavier-Luc Duval « remains committed to providing a honest and effective budget and to build the base for a better Mauritius ».
Parmi ces mesures, a-t-elle indiqué, il y a l’ouverture vers les marchés africains – en positionnant Maurice de manière stratégique par rapport aux pays africains et aux organisations comme la SADC –, mais aussi l’utilisation de nouvelles technologies “at grass root level” et dans les écoles, la considération sociale envers les plus vulnérables, l’autonomisation des femmes ou encore la promotion de l’environnement, entre autres. « And these measures will all be seen to fruition », a-t-elle lancé. Dans le secteur du tourisme, la diversification des destinations a donné des résultats en amenant « some big-fat Indian weddings in Mauritius and eventually reviving growth in this sector ».
Parlant du secteur des technologies, la PPS Bholah a dit que celles-ci bénéficient même aux élèves du primaire. « Ceux qui n’ont pas encore eu leur tablette seront éligibles cette année », a-t-elle dit. Selon elle, l’éducation tertiaire n’est pas non plus négligée dans le Budget, évoquant notamment la construction des « campus universitaires modernes qui ont déjà été identifiés dans plusieurs régions rurales ».
Le sujet du chômage a également été abordé. A ce propos, la PPS Bholah estime que « beaucoup est fait pour encourager les Mauriciens qui cherchent un emploi ». Les services de la Santé sont également en voie de modernisation, dit-elle, citant la construction récente de nouveaux hôpitaux, mais aussi le recrutement de nouveaux médecins, l’augmentation de l’allocation pour les soins à l’étranger – de Rs 500 000 à Rs 800 000 – et la mise en place de nouveaux hôpitaux spécialisés.