Le ministre du Commerce et de l’Industrie a annoncé hier la présentation bientôt à l’assemblée nationale d’un Consumer Protection Bill. « My Ministry will continue to strike the right balance between promoting consumer rights and ensuring transparent and fair trading activities. The enactment of a new Consumer Protection Bill will provide an added impetus to this policy », a affirmé Cader Sayed-Hossen.
La nouvelle législation a fait l’objet d’une consultation intensive avec les parties prenantes. Les provisions du texte de loi ont été présentées lors d’un atelier de travail en mars de cette année. Un premier projet de texte de loi a été diffusé et posté sur le site web du ministère du Commerce et de l’Industrie et le public a été invité à soumettre ses commentaires, qui sont pris en compte actuellement. Parmi les mesures figurant dans le nouveau projet de loi figurent la protection des consommateurs contre les pratiques discriminatoires, l’introduction du système de pénalités fixes, l’octroi de nouveaux pouvoirs au ministre qui sera en mesure d’émettre des recall notices, lorsque les produits ne correspondent pas aux normes. De plus, les associations de consommateurs auront les pouvoirs appropriés afin d’introduire des cas en cour en faveur des consommateurs. Les unfair terms des contrats conclus pas les consommateurs seront interdits ainsi que le « unfair pricing in relation to goods and services and unfair practices ». Des nouvelles institutions seront créées dont un Consumer Affairs Tribunal, un National Consumer Council et un Consumer Welfare Fund. L’accent sera mis sur l’éducation des consommateurs.
Cader Sayed-Hossen a félicité le VPM et ministre des finances, Xavier-Luc Duval, pour sa vision et ses idéaux pour une société plus moderne et plus prospère mais aussi plus équitable permettant à ceux au bas de l’échelle de participer au processus de développement socio-économique du pays.
La série de mesures budgétaires, dit-il, s’inscrit dans l’esprit de la philosophie gouvernementale d’une modernité économique qui tient en ligne de compte un modèle social axé sur l’équité, la justice sociale, la croissance inclusive et plaçant l’homme au centre du développement économique. Pour lui, ce budget maintient le cap économique fixé depuis 2005 qui vise à étendre l’espace économique avec l’accent sur l’expansion des infrastructures, la modernisation, la diversification de nouveaux piliers, la facilitation des affaires, l’intégration dans une économie régionale et mondiale et finalement l’empowerment des citoyens mauriciens de manière à porter le pays au niveau de high income economy. M. Sayed-Hossen a aussi observé que le secteur productif de Maurice s’est bien comporté malgré la crise persistante dans l’économie internationale.
Le ministre a ensuite passé en revue les fondamentaux économiques qui se comparent favorablement, dit-il, avec ceux des autres pays de la région. C’est le cas pour le déficit budgétaire qui se situe autour de 3,7 % du PIB alors qu’en Inde le déficit est de 4,8 %, l’Afrique du Sud de 5 %. L’inflation a été maintenue à 3,6 %. Le taux de la dette publique a été maintenu à 54,8 % contre 64 % en 2005 et la croissance a été de 3,2 %. Le ministre de l’Industrie et du Commerce s’est appliqué à répondre aux orateurs de l’opposition, en particulier le porte-parole du MMM pour les questions économiques Kee Chong Li Kwong Wing, qui, soutient-il, font semblant d’ignorer que l’économie mauricienne opère dans un contexte économique mondial difficile. « Le gouvernement ne s’est pas laissé emporter par les prophètes de malheur et a fait tous les efforts afin de maintenir l’économie à flot », a-t-il dit. Ainsi, en 2013, le secteur manufacturier a enregistré une croissance de 8,7 %. L’emploi a été stable. Les exportations ont enregistré une croissance de 5 %. La promotion du secteur manufacturier continuera à être une priorité de l’agenda économique du gouvernement.
Cader Sayed-Hossen a également fait un bilan des activités de son ministère qui se sont articulées autour de « export consolidation and diversification, enhancing quality infrastructure, industrial restructuring and modernisation and green manufacturing ».
Le ministre a rappelé que le prix du pain complet a été mis au même niveau que celui du pain blanc. Son ministère encouragera la consommation du pain complet. Il a rappelé que les subsides sur le prix du riz, de la farine et du gaz ménager ont été maintenus à un niveau raisonnable. De plus, tous les efforts sont faits pour le développement d’un petroleum hub. Il a terminé son intervention en soutenant que le gouvernement oeuvre pour le bien-être des citoyens. « Ce budget démontre clairement que nous n’avons économisé sur aucun moyen pour nous assurer que le pays continue sur sa lancée sur le chemin du progrès économique, du partage social et de l’équité, malgré les effets des soubresauts économiques internationaux », a-t-il dit.