Le leader du Front Socialiste Mauricien (FSM) Cehl Meeah a été rappelé à l’ordre à plusieurs reprises par le Speaker durant son intervention pour débattre sur le Constitutional (Declaration of Community) (Transitional Provision) Bill, hier après-midi à l’Assemblée nationale. Lançant tantôt des piques en direction de Paul Bérenger et de Navin Ramgoolam et tantôt des commentaires à caractère communal, Cehl Meeah a même été menacé d’être expulsé de l’hémicycle par le Speaker.
À chaque fois qu’il intervient à l’Assemblée nationale, le député de l’Opposition Cehl Meeah voit son discours ponctué d’éclats de rires et de commentaires amusés des deux côtés de l’hémicycle. Hier, une bonne partie de son discours contenait des points de vue communaux, voire des allégations qui lui ont valu d’être repris en plusieurs occasions par le Speaker qui lui réclamait de se concentrer sur les débats ayant trait au projet de loi sur l’amendement constitutionnel, tant le leader du FSM s’éloignait du sujet du jour.
Lors de son intervention, le leader du FSM a critiqué les « koz-koze » entre le MMM et le PTr. Des phrases ponctuées d’ironie, mais clairement adressées pour formuler des invectives en direction des dirigeants des deux partis, tels que « The Prime minister and his good friend Paul… » Cehl Meeah les a même accusés d’avoir orchestré un « complot ». Des allégations qui ont été rejetées par le Speaker qui lui a demandé de confiner ses commentaires.
Le Speaker sera, au final, intervenu une dizaine de fois pour rappeler Cehl Meeah à l’ordre. Ce dernier a  à deux reprises attisé la colère de Razack Peeroo en osant le défier dans son ruling. Les députés rouges et mauves ont conjointement réclamé l’expulsion de l’hémicycle du leader du FSM, criant « Shame » et Cehl Meeah aura aussi attiré la colère de Paul Bérenger, face à ses remarques continuelles envers le MMM et son leader. Le leader du MMM s’est mis debout à deux reprises pour réclamer que le Speaker prenne position contre Cehl Meeah.
Au final, Cehl Meeah aura très peu commenté le projet de loi, mais il a toutefois affirmé que cet amendement constitutionnel « est une farce… It is a face saving device towards the United Nations ». Il a ajouté que les Nations unies n’ont jamais imposé des exigences sur Maurice si elle n’effectuait pas d’« effective remedy » à l’obligation de décliner son appartenance ethnique lors des élections générales.
Du point de vue du député, le Best Loser System a aidé à la préservation, durant ces 40 dernières années, de la stabilité du pays et le mini-amendement, selon lui, ne garantira pas une « balanced communal representativity ».
« We should not tamper with a system that worked so well for 40 years just to satisfy personal interest », a-t-il déclaré en ajoutant que les droits des minorités seront bafoués. Cehl Meeah a demandé de ce fait que ce projet de loi soit approuvé par deux experts constitutionnels.
Après moult contestations des deux côtés de la Chambre, Cehl Meeah a conclu son discours en signifiant son intention de voter contre le projet de loi.