La situation politique oblige, l’intervention jeudi dernier du député mauve, Franco Quirin, sur les dotations budgétaires pour la période financière 2013 a été éminemment politique. Surtout en ce qu’il s’agit de la situation à la municipalité de Beau-Bassin/Ross-Hill qu’il a considérée comme «une faillite totale» et où les habitants des villes soeurs ont eu affaire pendant 7 ans à des «conseillers manzer boire et pigeons voyageurs.» Ceci explique bien cela, dit-on, et visiblement les élections municipales du 9 décembre sont bel et bien en toile de fond de ces débats. Puisque même la partie consacrée au sport et à l’intervention de Franco Quirin, on sent bien que la trame trouve son origine dans une situation politique très animée depuis ces derniers temps.
Car après avoir constaté dans notre édition de la semaine dernière que «les priorités du sport mauricien ont été oubliées» dans une déclaration à chaud, le député de la circonscription No 20 est venu cette fois affirmer que « Ce budget n’a qu’un seul objectif : réduire encore plus les fédérations à un statut de mendiant. Car ce budget ne contient absolument rien pour aider les fédérations à être plus autonomes dans le fond comme dans la forme.»
Rs 31M pour financer les coûts additionnels
 
Même les 7% d’augmentation annoncés par le ministre des Sports après la présentation vendredi dernier sont décriés. « On a noté dans les propos du ministre des Sports dans les médias un semblant de satisfaction avec les 7 % d’augmentation de son budget et cela comme une tentative de sa part pour justifier que ce gouvernement a à coeur le bien-être des sportifs. Le mouvement sportif sait que les Rs 31 millions additionnels obtenues dans ce présent budget ne serviront qu’à combler l’augmentation des coûts existants de ce ministère», a soutenu le responsable du dossier sportif au sein du MMM.
Franco Quirin devait poursuivre sur cette lancée en déplorant l’absence des dotations budgétaires pour la préparation pour les Jeux des Iles 2015. « Rien, absolument rien sur ce dossier n’a été mentionné tant dans les intentions du ministre des Finances que dans les dotations aux sports. Pourtant , les fédérations ont été pressées de toute part durant ces dernières semaines par le Comité de Suivi du MJS pour monter leur projet de préparation pour ces JIOI. Le ministre des Sports est au pied du mur et certainement qu’il demandera aux fédérations de puiser dans leur budget de fonctionnement pour commencer la préparation des JIOI», a souligné lé député, qui n’a pas hésité à dire que le travail «réclamé» par le MJS aux fédérations dans le cadre de ce rendez-vous réunionnais «est déjà tombé à l’eau».
GP Judo: Maurice sur le point de tout prendre