Après un début d’année mouvementé par les averses torrentielles qui ont provoqué des dégâts considérables à la population, l’association Debout Citoyen a voulu dénoncer les conditions déplorables des habitants du quartier Bangladesh à Tranquebar. L’avocat de l’association, M. Krishna Sawoo, et le président de Debout Citoyen, Louis Eddy Joson, souhaitent ainsi trouver des solutions pour « ces oubliés de la République à deux vitesses ». C’est au centre Marie Reine de Paix que l’association a réuni la presse ce vendredi 26 janvier autour du thème principal de leur combat : « Anou trouve ene solution ensemble »

Pour Krishna Sawoo, il n’est pas normal que pour les 50 ans d’indépendance de l’île Maurice, plusieurs personnes n’aient toujours pas de logements décents: « Nous avons constaté que les conditions de logement de certains habitants de Tranquebar étaient déplorables. »

Cette région inclut à peu près 250 personnes, pour la plupart des Rodriguais, qui sont à Maurice pour trouver un emploi. Parmi eux, se trouvent de ce fait des squatters, qui n’ont malheureusement pas fait de demande pour un logement. Leur situation étant problématique, aucune aide leur a été offerte par personne. Nous demandons ainsi que notre regard sur les squatters change » explique l’avocat de Debout Citoyen.

De ce fait, Debout Citoyen compte faire appel aux différentes ONG afin de les aider à trouver une solution aux victimes des inondations qui souhaitent seulement une maison convenable « face aux désarrois administratifs et un system social méprisant ». D’ailleurs, Krishna Sawoo estime également qu’avec les grosses averses et les problèmes d’accumulations d’eau, il faut impérativement que nos drains soient nettoyés et que Port-Louis soit de nouveau propre.

De plus, face à l’absence totale et l’inaction politique, l’association Debout Citoyen a décidé que son parti politique – La Ligue républicaine – soit en campagne permanente avec pour objectif principal les prochaines municipales. « Nous mettrons un candidat à Port-Louis, à Rose-Hill, à Quatre-Bornes et à Curepipe entre autres parce que nous sommes un parti politique à vocation urbaine », affirme Krishna Sawoo.