La présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a procédé ce matin à la signature du livre de condoléances ouvert au haut-commissariat indien au LIC Building à Port-Louis. Parmi les autres personnalités qui s’y sont rendues figurent le Premier ministre suppléant Xavier-Luc Duval et le leader de l’opposition Paul Bérenger. L’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam était attendu au haut-commissariat dans l’après-midi. D’autre part, le VPM Showkutally Soodhun a été désigné par le gouvernement pour assister aux funérailles officielles de l’ancien président indien prévues pour demain.
Dans une déclaration au Mauricien, Ameenah Gurib-Fakim affirme avoir rencontré Abdul Kalam lors de sa visite officielle à Maurice en 2006. « Je me souviens de son discours magistral à l’auditorium Octave Wiehe où il s’est adressé aux jeunes pour insister sur l’importance de l’éducation et de l’indépendance énergétique, sans laquelle il n’y a pas de développement durable », a-t-elle confié. « Sur le plan international, il est connu comme un géant indien en matière scientifique. Ce n’est pas par hasard qu’on l’a surnommé “the missile man of India”. C’était un homme brillant, doté d’une intelligence vive, mais il était aussi d’une humilité et d’une simplicité déconcertante. Son principal souci a toujours été la transmission de la connaissance à la jeune génération », poursuit-elle.
Le Premier ministre suppléant, Xavier-Luc Duval, a pour sa part fait la déclaration suivante : « Je suis profondément attristé par la disparition soudaine de l’ancien président indien, le Dr Abdul Kalam. J’ai adressé ce matin au gouvernement indien un message de sympathie au nom du Premier ministre et du gouvernement. Le Dr Kalam a été un chef d’État exemplaire qui a grandement contribué à consolider l’unité nationale dans son pays. C’était une personne humble, d’une grande bonté, qui était un grand ami de Maurice. Je voudrais aussi présenter ma sympathie et adresser mes sincères condoléances à la famille Kalam », affirme-t-il dans un message diffusé ce matin.
De son côté, le leader de l’opposition Paul Bérenger a affirmé que c’est avec une sincère tristesse qu’il a appris le décès de l’ancien président Abdul Kalam. Il a, dès lundi après-midi, adressé un message de sympathie au gouvernement indien et aux membres de la famille Kalam par le biais du haut-commissaire indien à Maurice. Il rappelle à cette occasion que l’ancien président de l’Inde est décédé alors qu’il était occupé à faire ce qu’il a toujours affectionné, à savoir la transmission de la connaissance et de son expérience aux jeunes. « Abdul Kalam était connu pour être un homme proche du peuple et était connu comme “the peoples’ président” », observe Paul Bérenger, qui ajoute que l’ancien président avait une grande amitié pour Maurice.
L’ancien président de l’Inde Abdul Kalam est décédé, à l’âge de 83 ans, des suites d’un arrêt cardiaque à l’hôpital Bethany, en Inde. Il prononçait un discours à l’Indian Institute of Managent-Shillong (IIM-S) dans l’État du Meghalaya, en Inde, lorsqu’il a été pris d’un malaise. Conduit à l’hôpital, il devait rendre l’âme peu de temps après.
Il a occupé ce poste de président de la République de l’Inde pendant cinq ans, soit de juillet 2002 à juillet 2007.
Né le 15 octobre 1931 dans l’État méridional du Tamil Nadu, Abdul Kalam est diplômé du prestigieux Madras Institute of Technology en ingénierie aéronautique.
Lors de son passage à Maurice en 2006 il avait procédé au lancement d’un programme de télémédecine pour l’Afrique.