La mort d’Iqbal Toofany, 42 ans, alors qu’il était sous police custody, soulève depuis lundi une vague d’indignation. Les blessures relevées sur sa dépouille réveillent de douloureux souvenirs dont ceux de Kaya, ou encore de Ramlogun, décédés en cellule policière. La brutalité policière revient encore et toujours sur le tapis et les cinq policiers en fonction ce fameux soir ont été inculpés de «Torture by public official» avant d’être relâchés contre une caution de Rs 9000 chacun. Face au choc qu’ont subi les proches du défunt avec son cortège d’incompréhension et de sentiment d’iniquité, son épouse Amiirah, 35 ans, réclame justice et espère trouver des éléments de réponse lors de l’enquête judiciaire qui sera entendue ce mardi devant le magistrat Daniel Dangeot en Cour de District de Rivière-Noire.
C’est un simple constat de routine qui est à l’origine de l’arrestation d’Iqbal Toofany dit Mamed, 42 ans, un électricien habitant Modern Vacoas. Arrêté vers 22h30 dimanche soir, des limiers de l’Emergency Response Service (ERS) de Rivière-Noire constatent que la plaque d’immatriculation 3166 ZM 00 de la Toyota Vitz que roulait Iqbal Toofany ne correspondait pas à la vignette d’assurance qui indiquait 3565.
Soupçonnant un vol de voiture et suite à la découverte d’une scie, d’un grinder et d’un tournevis non expliquée par le conducteur, les policiers l’embarquent pour le poste de police, et ce malgré ses protestations à l’effet qu’il venait d’acquérir la voiture. Ils l’ont ensuite remis en «bonne santé» à leurs collègues de la Criminal Investigation Division (CID) de Rivière-Noire.
Or, Iqbal Toofany a bel et bien acheté cette voiture samedi dernier pour la somme de Rs 165 000 à une habitante de Sodnac. L’explication quant à la non-correspondance de la vignette d’assurance et de la plaque d’immatriculation découle du fait que l’ancienne propriétaire avait une plaque personnalisée qu’elle a enlevée avant la vente de son véhicule. Dans une interview accordée à Top TV, l’époux de cette dernière explique que la plaque 3166 ZM 00 lui a été remise par la National Transport Authority (NTA). Et que comme c’était le week-end, Iqbal Toofany, qui était, par ailleurs, sous le coup d’une charge provisoire de vol de voiture depuis 2013, n’a pas eu le temps d’effectuer le transfert.
À la demande du Directeur des Poursuites publiques (DPP) en vertu des articles 110 (Investigation in case of violent death) et 111 (Inquiry into violent or suspicious death), le District and Intermediate Court a décidé de référer le cas à un magistrat. C’est ainsi qu’une enquête judiciaire s’est ouverte vendredi dernier, mais sera entendue mardi prochain en Cour de District de Rivière-Noire, sous la présidence du magistrat Daniel Dangeot.