• Pravind Jugnauth : « Il a œuvré au rapprochement étroit de nos deux peuples et nos deux pays »
  • Ivan Collendavelloo : « Jacques Chirac était un grand ami de Maurice » Paul Bérenger : « La Ve République a grandement été marquée par Jacques Chirac »
  • Xavier-Luc Duval : « Maurice a beaucoup profité de son aide au niveau international »
  • Arvin Boolell : « Son décès est une grande perte pour la communauté internationale »

Après le décès hier de l’ancien président de la République française, Jacques Chirac à l’âge de 86 ans, un livre de condoléances a été ouvert à l’ambassade de France, rue St-Georges, Port-Louis, et le demeurera jusqu’à lundi, jour de ses obsèques.

À Maurice les dirigeants politiques ont été unanimes à lui rendre hommage et à reconnaître en lui un grand ami de Maurice, comme devait le souligner le Premier ministre Pravind Jugnauth hier. « Il a œuvré au rapprochement étroit de nos deux peuples et nos deux pays, notamment à travers ses nombreuses visites chez nous. Nous nous souviendrons toujours de cet homme charismatique et plein de qualités humaines », a fait part le Premier ministre dans un communiqué diffusé hier. « Passionné d’art et des civilisations oubliées, Jacques Chirac est à l’origine de la création du musée des Arts et Civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, inauguré à quai Branly, Paris, en 2006 ». Ce musée est d’ailleurs connu comme le musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Pour sa part, l’adjoint au Premier ministre, Ivan Collendavelloo considère que « Jacques Chirac a dominé la scène internationale, a renforcé l’indépendance de la France et a su étendre son influence et à consolider celle-ci en Afrique bien que certains de ses choix paraissaient contestables ».

Pour lui , « Jacques Chirac était également un grand ami de Maurice et y passait, régulièrement à l’époque, ses vacances. Je garde un souvenir personnel de lui. Un jour, alors que je dînais avec mon fils au Palais de Chine à Grand-Baie, j’ai remarqué qu’il occupait la table d’à côté. J’étais alors secrétaire général du MMM. Je me suis permis de le saluer 30 secondes et lui ai présenté mon fils, qui s’apprêtait à entreprendre des études en France. Il m’a alors donné sa carte de visite et a demandé à mon fils de l’appeler. J’étais touché et j’ai pris cette démarche comme un geste d’amitié et de grande courtoisie. Deux ans plus tard, je l’ai rencontré dans une réunion internationale. À mon grand étonnement non seulement m’a-t-il reconnu mais il m’a dit : « “J’attends toujours l’appel de votre fils”. Cela démontre l’homme qu’il était. Je présente mes sympathies à sa veuve et à ses proches ainsi qu’à la France. »

Pour sa part, le leader de l’opposition et du PMSD, XavierLuc Duval, souligne que Jacques Chirac était un amoureux de Maurice. « Je pense que Maurice a beaucoup profité de son aide au niveau international durant sa présidence. L’histoire se souviendra de sa volonté de maintenir l’indépendance de la France et n’a pas hésité à s’opposer à l’intervention américaine en Irak en vue d’empêcher une deuxième guerre dans ce pays. Nous gardons un grand souvenir de lui. Nous souhaitons que Maurice puisse développer les mêmes relations avec le président Macron ».

Arvin Boolell, ancien ministre des Affaires étrangères, se remémore aussi Jacques Chirac. « Il a beaucoup soutenu Maurice au niveau de l’Union européenne en vue de la restructuration de l’industrie sucrière après la fin du Protocole Sucre. Son décès est une grande perte pour la communauté internationale ».

Quant à Paul Bérenger, leader du MMM, il dira que « la Ve République a grandement été marquée par Jacques Chirac. L’ancien président a eu une riche carrière politique de plus de 40 ans: Mairie de Paris, Matignon, l’Elysée, des lieux emblématiques de la République française. »