Gilbert Leong Son a travaillé à la sucrerie Mon Désert Alma de 1967 à 2002, date à laquelle il a pris sa retraite pour cause de maladie. Durant le traitement de sa maladie après sa retraite, il a initié des poursuites à l’encontre de Savannah SE (dont Mon Désert Alma fait partie). Quelque temps avant sa mort le plaignant a pu donner son témoignage en Cour et il avait aussi été contre-interrogé par l’avocat du défendeur.
Après le décès de Gilbert Leong Son survenu en 2011, ses héritiers — veuve Marie-Ange Leong Son, Maria Angela Doreen Karen Leong Son, Maria Danielle Sonia Leong Son, Mario Tony Ryan Leong Son et Jean Marie Jason Leong Son – reprennent la plainte contre Savannah SE au nom du disparu et en leur nom personnel. Les cinq plaignants sont représentés Me Priscilla Balgobin-Bhorul et Me Jennifer Konfortion. L’affaire a récemment été prise sur le fond et lors de la dernière audience, le jeudi 6 novembre dernier, devant la Juge Rita Teelock, deux témoins des plaignants ont été entendus, un médecin mauricien et le médecin singapourien qui est Senior Consultant Cardiothoracic Surgeon au National Heart Centre Singapore. Ce dernier a confirmé lors de son interrogatoire la présence d’amiante dans le corps du disparu.
Dans leur plainte, les héritiers de Gilbert Leong Son font la chronologie de la maladie de ce dernier. Ils affirment que durant les quinze dernières années de ses activités professionnelles à MDA, soit entre 1987 et 2002, il était souvent fatigué et malade. Il souffrait régulièrement de fièvre à forte température accompagnée de toux sévère. Les médecins de l’entreprise lui prescrivaient régulièrement des antibiotiques mais ce traitement ne lui apportait qu’un soulagement temporaire. Après avoir pris sa retraite en 2002, Gilbert Leong Son était sujet aux mêmes maux qui s’accentuaient davantage et continuait à prendre des antibiotiques. Il se trouvait perpétuellement dans un état d’extrême fatigue et n’en comprenait pas la raison. Sur conseil de son entourage, il a fait une radiographie et un CT Scan et ces examens, selon les plaignants, ont révélé « some opaqueness on his left lung ».
Étant donné que son état de santé ne s’améliorait guère, Gilbert Leong Son, sur avis médical, s’est rendu à Singapour au mois d’août 2009 pour une thoracotomy (intervention chirurgicale consistant à l’ouverture du thorax). « After carrying out a left anterior thoracotomy and pleural biopsy on the 7th august 2009, multiple tumor nodules were found on his chest wall. The tumor cells were found to be consistent with malignant mesothelioma, a type of cancer linked with exposure to asbestos », peut-on lire dans la plainte.
« Shocked by the lack of sympathy »
Les héritiers de Gilbert Leong soutiennent que le défunt « n’a jamais été, que ce soit directement ou indirectement, consommateur de tabac ». Ils font allusion dans leur plainte à un rapport médical émanant du Dr Lim Chong Hee, Senior Consultant Senior Consultant Cardiothoracic Surgeon au National Heart Centre Singapore et qui a révélé que « M. Leong Son gives a history of such exposure for many years working in the industry ».
Les plaignants racontent que Gilbert Leong Son, après avoir pris connaissance du diagnostic établi par les médecins singapouriens, a contacté son ancien employeur pour le mettre au courant de sa maladie et de son origine et qu’il « was shocked by the lack of sympathy and response » de ce dernier. Pour les plaignants, la maladie du défunt a un lien direct avec son emploi à MDA et ils en tiennent son ancien employeur pour responsable. Ils font allusion par exemple aux isolants entrant dans la production du sucre et qui étaient constitués, selon eux, d’amiante. « In the sugar factory, there were insulators which were used in the process of making sugar ; these insulators were made of asbestos fibres ; MDA knew and/or ought to have known that the insulators used to isolate heat on mostly every surface of the factory were made of asbestos fibers », soutiennent les héritiers dans leur plainte.
Veuve Marie-Ange Leong Son, Maria Angela Doreen Karen Leong Son, Maria Danielle Sonia Leong Son, Mario Tony Ryan Leong Son et Jean Marie Jason Leong Son reprochent en des termes très sévères, dans leur plainte, à MDA de n’avoir pas pris les précautions nécessaires pour garantir la sécurité, la santé mais aussi le bien-être au travail de son ancien employé. Ils parlent de « gross negligence, gross imprudence and faute lourde » et de « tortuous conduct » » de la part de l’employeur. « In the alternative they constitute a « faute contractuelle inexcusable » arising out of the gross and reckless breach of contract of the part on the employer, guilty for a « faute d’une gravité exceptionnelle » », font ressortir les plaignants.
Les cinq plaignants réclament une somme d’environ Rs 80 M à Savannah SE, pour dommages physiques et moraux ainsi que pour les préjudices causés au défunt et à la famille.