Le Père Roger Cerveaux, le “déclencheur” de la réflexion sur la situation de la communauté créole dans le pays et aussi au sein de l’Église catholique, est décédé hier à l’âge de 65 ans. Le « malaise créole » dont il a osé parler publiquement le 1er février 1993 a donné lieu à des débats animés et le terme a été repris par plusieurs chercheurs, académiciens, observateurs de la vie sociale et éditorialistes. Mais le Père Cerveaux était aussi un bon orateur et un bon prédicateur, sans compter ses talents de chanteur qu’il mettait à profit dans la liturgie. Roger Cerveau était un prêtre profondément incarné dans sa « mauricianité », dans sa « créolité », fidèle à ses racines de Poudre-d’Or. Il a été le premier à chanter l’Évangile en kreol.
Roger Cerveaux avait de gros soucis de santé depuis quelques années mais il avait encore quelques activités moins lourdes, qu’il menait avec jovialité et enthousiasme. D’ailleurs, il participait hier soir en compagnie des Pères Eddy Coosnapen et Alex Maca à une réunion de l’Équipe d’Animation Pastorale (EAP) de la paroisse du Sacré-Coeur (Beau-Bassin) lorsqu’il s’est senti mal. C’est son confrère Alex Maca qui l’a conduit immédiatement à la Clinique Bon Pasteur où il a rendu l’âme une demi-heure après. Roger Cerveaux était affecté à cette paroisse de Beau-Bassin depuis une année et demie. Il y avait d’ailleurs commencé son ministère de prêtre il y a trente-deux ans. Le curé Eddy Coosnapen, sous le choc, perd un autre proche collaborateur en moins d’une année, après le décès de Robert Jauffret en août dernier. « Roger Cerveaux fait partie de cette génération de prêtres qui ont apporté un renouveau dans le diocèse. C’est lui qui a donné le ton depuis plus de deux décennies à la liturgie en kreol en commençant par chanter l’Évangile dans cette langue. Et il a apporté sa contribution au gros travail pour l’inculturation. So bann levanzil an kreol finn mark profondeman legliz. Je l’ai eu comme prof de philosophie au Foyer La Source et il a été pour moi un des role models », témoigne ce matin Eddy Coosnapen.
Le corps du Père Cerveaux était exposé pendant la matinée à la Salle d’oeuvres Robert Jauffret à Beau-Bassin pour permettre à ceux qui l’ont connu en paroisse et dans d’autres activités de la vie socio-économique du pays de lui rendre un dernier hommage.
Roger Cerveaux était un homme de passion, accessible, qui aura su porter plusieurs casquettes. Certains se souviendront de lui comme un fin philosophe au verbe clair et précis, sans fioriture, et qui, par moment, laisser percevoir l’intensité de sa réflexion. D’autres encore auront pu apprécier son exploration profonde d’une spiritualité mystique qu’il communiquait d’une manière simple. Ses paroissiens rendent hommage à son charisme pour la prédication, pour appliquer l’Évangile dans les exemples du quotidien. L’on se souviendra également du grand chanteur Roger Cerveaux qui aura su ouvrir l’Église de Maurice à la beauté du gospel. C’est lui qui a mis en lumière durant les années 80/90 les talents de Mary-Ann Both-John (décédée il y a quelques années), qui chantait dans la chorale de la paroisse de Cassis. Son équipe de Gospel Singers était connue à travers le pays car elle participait régulièrement à des concerts et était également sollicitée pour des émissions de télévision.
Les centaines des personnes qui ont défilé à la Salle d’oeuvres de Beau-Bassin ne peuvent s’empêcher de faire allusion à cette déclaration du prêtre disparu portant sur le « malaise créole ». Cela fait déjà vingt ans qu’il a prononcé ces mots. À signaler que pour marquer cet anniversaire, le Komite Diosezin Premye Fevriye avait invité le Père Cerveaux à prononcer l’homélie lors d’une messe en octobre dernier, lors de la célébration de la Journée de la Langue et de la Culture Créoles.
Roger Cerveaux était aussi un ardent défenseur du dialogue interreligieux. Alors qu’il était rédacteur en chef de La Vie Catholique, il avait ouvert une rubrique qui a permis aux personnes de différentes confessions religieuses de s’exprimer sur la question. Il aimait raconter jusqu’à récemment comment cet intérêt pour l’interreligieux s’est développé chez lui quand il était collégien. Et dans la paroisse à Beau-Bassin, il soutenait les initiatives dans cette direction. Roger Cerveaux exerçait, à sa manière, un ministère de proximité, d’écoute et de réflexion, ce qui le projetait bien au-delà des frontières de sa paroisse.
Les funérailles du Père Cerveaux ont eu lieu à 13 h aujourd’hui en l’église du Sacré-Coeur. Il sera enterré au cimetière de Poudre-d’Or.