L’inspecteur de police Rajesh Moorghen, qui avait élucidé le meurtre de Barthélemy Azie (17 ans) à Rodrigues quinze ans après, sera poursuivi pour le délit formel de Forgery. Cette décision a été entérinée par le Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, après avoir étudié les conclusions de l’enquête menée par l’assistant commissaire de police Heman Jangi et l’inspecteur Ravin Ujodha. Les procédures pour loger le procès de cet officier de police devant la Cour intermédiaire devront être complétées la semaine prochaine.
À la fin de décembre 2013 après avoir procédé à une série d’arrestations de suspects, une douzaine au total, dans le meurtre de ce jeune homme commis le 1er août 1999, le chef inspecteur Moorghen avait consigné la déposition du père de la victime mettant en cause l’ancien commissaire de police, Dhun Iswur Rampersad. Ce nouveau développement avait suscité des remous au sein de la police avec l’ACP Jangi dépêché d’urgence à Rodrigues en vue de reprendre les choses en mains.
Finalement, le 24 mars de l’année dernière, soit il y a un an déjà, l’inspecteur Moorghen avait été interrogé Under Warning sous une triple inculpation provisoire, Forgery, Making Use of Forgery et complot par rapport à la déposition de Simon Azie avec des allégations contre de hauts gradés de la police, dont le commissaire de police Dhun Iswur Rampersad. Auparavant, le constable Christian Casimir, le sergent Grazile Félicité et le constable Gérard, qui faisaient partie de l’escouade de l’inspecteur Moorghen, avaient été appréhendés et inculpés provisoirement dans la même affaire de complot.