La décision du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies en faveur de Rezistans ek Alternativ et contre l’État mauricien sur la question du Best Loser System marque un tournant dans l’histoire politique de notre jeune république.
Après sept ans d’acharnement, les citoyens mauriciens auront eu gain de cause sur un point fondamental, sans nul doute la pierre angulaire d’une nouvelle dynamique politique ; elle transformera la société mauricienne dans son ensemble.
C’est l’espoir d’une nouvelle ère, d’un renouveau qui pourrait bien balayer le conservatisme et l’archaïsme politique. L’immobilisme commençait sérieusement à étouffer les citoyens au point où bon nombre de gens perdaient espoir.
Quelle claque pour ces « politiciens de carrière » passés maître dans l’art de la contorsion, disant quelque chose un samedi et affirmant son contraire le samedi suivant. Il serait inutile de considérer la réaction de ces mêmes politiciens car leur parole ne valent plus grand-chose ; ils essaieront de s’approprier les bénéfices de telles actions.
L’heure est venue pour que tous les Mauriciens qui aiment leur pays ainsi que les mouvements citoyens de divers horizons se joignent à cet élan pour parler d’une seule voix ; faire cause commune pour qu’une fois pour toutes l’on puisse se débarrasser du communalisme dans notre Constitution et notre système politique. Il est plus que temps de commencer à bâtir une vraie nation mauricienne.