La préoccupation première des Mauriciens avec le déconfinement graduel est de régler les factures impayées de ces deux derniers mois. À voir, hier matin, les files d’attente – que ce soit devant les locaux de la Central Water Authority, du Central Electricity Board et autres comme CIM Finance ou encore les guichets des prestataires de services informatiques – le proverbe « Les bons comptes font les bons amis » s’affirme… Même si pour cela, il fallait bien faire preuve de patience sous le soleil de la capitale. 
Ainsi, les files d’attente pour s’acquitter des factures « falling due » depuis mars dernier étaient interminables. Avec la réouverture de plusieurs des bureaux des services publics, il y avait foule devant les locaux de la Central Water Authority, du Central Electricity Board ou encore de Mauritius Telecom.
Les gestes barrières pour lutter contre toute propagation de COVID-19 étaient toutefois respectées par ceux qui faisaient la queue. Il fallait visiblement prendre son mal en patience au vu du nombre de personnes qui avaient fait le déplacement.

« Mo pa konn fer peiman lor portab. Mo alfabet sorti zordi. Monn prefer fini vini zordi mem », laissait entendre une habitante de Port-Louis venue régler sa facture de Mauritius Telecom. Elle affirme qu’elle y est depuis plus d’une heure. « Nou konpran ki biro pa pe roule avek lekip an antie. Pena swa, bizin atann tour mem la », poursuit-elle.
Des « stickers » ont été placés au sol pour maintenir la distanciation sociale et les transactions cashless privilégiées, notamment à travers les cartes bancaires. Le mouvement était lent car il fallait aussi respecter la limitation du nombre de personnes admises à l’intérieur du Telecom Shop. Certains clients ont aussi profité de cette opportunité pour lier leur compte bancaire à leur compte de My.t money afin de pouvoir ‘cash in’ et effectuer les paiements de chez eux à l’avenir.
Il y avait également forte affluence du côté des locaux du CEB et de la CWA avec de longues files d’attente d’abonnés venus régler leurs factures d’électricité et d’eau potable au niveau des Cash Offices.

Cependant, les paiements se déroulent suivant les règles de l’ordre alphabétique établies par le gouvernement. Des agents de sécurité qui maintiennent l’ordre devant les locaux vérifient les pièces d’identité des clients et aussi en exigeant le port du masque dans les bureaux. Des dispositions ont été prises pour assurer les prises de température, la distribution de gel hydroalcoolique et l’installation des séparations entre les clients et aussi les membres du staff afin d’assurer la distanciation sociale recommandée par les autorités.

La majorité des personnes qui se sont ruées hier vers les locaux de ces services publics concèdent qu’ils ne savent pas pour l’heure régler leurs factures par voie électronique et certains laissent entendre qu’il va falloir même s’y mettre pour ne pas se retrouver dans une situation semblable à l’avenir.

Du côté du QG de CIM Finance, rue Edith Cavell, la queue était également impressionnante, se prolongeant jusqu’au Jardin de la Compagnie à un certain moment dans la matinée.

Mais tout cela renvoyait à du déjà-vu aux premiers jours de la réouverture des supermarchés au début d’avril…