Invité à donner son avis sur le déconfinement à venir, Yousouf Ismaël a expliqué que des plans d’action sont actuellement à l’étude concernant certains secteurs, tels que l’éducation et les transports. « À la MCCI, nous soutenons l’idée d’un déconfinement progressif afin de nous préparer à la levée des mesures de restriction. Nous mettons en garde contre toute sortie hâtive qui pourrait entraîner une résurgence du virus. Une levée partielle, comme décidée dans certains pays, nous paraît la décision la plus sage, surtout si le confinement arrive à juguler l’épidémie à Maurice », affirme-t-il .

Yousouf Ismaël déclare que la MCCI, qui est à l’écoute du secteur privé, travaille de concert avec le gouvernement afin de répondre au mieux à la crise économique qui s’amorce. « Les prévisions du Fonds monétaire international, notamment, inquiètent les acteurs économiques locaux et nos concitoyens. Des plans d’aide pour ces derniers sont actuellement à l’étude, alors que certains ont déjà été mis en œuvre, notamment pour le paiement des salaires ou encore le soutien aux self-employed », dit-il.

Yousouf Ismaël observe que depuis l’instauration du couvre-feu sanitaire, la MCCI est pratiquement sur tous les fronts. « Elle joue un rôle actif aux côtés de ses membres et du gouvernement, initiant le dialogue sur plusieurs dossiers d’importance nationale, tels que l’ouverture des commerces et la distribution des packs alimentaires aux familles dans le besoin, entre autres », explique-t-il. Il ajoute : « nous collaborons également avec les autorités pour la mise en place d’un cadre juridique pour éviter les abus dans le commerce. Il était essentiel pour nous de sensibiliser et de lancer un appel aux commerçants pour qu’ils aient un comportement responsable et solidaire dans le cadre de la chaîne d’approvisionnement des denrées de base. »

Yousouf Ismaël insiste que, pendant cette période de crise, la MCCI a un rôle économique et social important à jouer au sein de la société. « C’est dans cette optique que nous nous sommes investis afin de trouver des solutions viables pour résoudre les problématiques auxquelles nous faisons face. Notre institution est devenue un relais essentiel d’information, grâce notamment à notre site Internet. Nous avons créé un site spécialement dédié au COVID-19 qui rassemble toutes les informations dont les membres de la communauté des affaires peuvent avoir besoin. Cette plateforme a accueilli, dès les premiers jours suivant son lancement, plus de 30 000 visiteurs quotidiennement,» dit-il.
Hausse sensible des prix

Invité à commenter la hausse sensible de certains prix, Yousouf Ismaël observe que l’importation et la distribution ont dû jongler avec plusieurs facteurs, tels que l’appréciation du dollar face à la roupie, l’augmentation du coût du fret et la révision à la hausse des prix par les fournisseurs étrangers. En parallèle, les coûts d’opération des supermarchés ont aussi augmenté. « Nous avons eu une réunion avec tous les acteurs du secteur le vendredi 17 avril, suite aux nombreuses plaintes reçues concernant les prix abusifs que pratiqueraient certains commerces. À l’issue de cette rencontre, tous se sont engagés à pratiquer des prix raisonnables en respectant les principes du commerce libre et équitable. À présent, tout abus sera très sévèrement sanctionné », prévient-il.

Concernant la capacité du pays à relancer son économie, Yousouf Ismaël se dit « convaincu » que Maurice s’est forgée une solide réputation quant à sa capacité à se réinventer face aux défis auxquels elle est confrontée. « Le pays en a fait la démonstration pour l’industrie de la canne, le tourisme ou encore le textile. Nous espérons répéter un tel exploit à l’avenir face à la crise qui s’annonce, mais cela sera possible uniquement si nous unissons nos forces. »

L’industrie face 
à des défis colossaux

Au chapitre de l’industrie, le secrétaire général de la MCCI fait comprendre que l’industrie est à risque à cause de la récession. « Le secteur devra faire face à des défis colossaux et la MCCI lui donnera tout l’encadrement nécessaire pour s’assurer de la continuité des activités », souligne-t-il. Il souligne que la Chambre fait partie du Steering Committee public/privé mis sur pied par le ministre du Développement industriel, Soomilduth Bholah. Ce comité a pour objectif de passer en revue la situation des entreprises face à la pandémie du Covid-19 et de dégager un plan de relance pour l’industrie. La MCCI va aussi s’assurer que les produits locaux puissent être davantage exportés au niveau régional, notamment vers les pays de la SADC, du COMESA et de la Commission de l’océan Indien.
S’agissant de la sortie du confinement, il note que certains secteurs qui fonctionnent déjà, tels que le commerce et la distribution seront certainement les premiers à reprendre leur vitesse de croisière. Toutefois, il rappelle qu’il ne faut pas se voiler la face. « C’est un fait que les semaines et les mois à venir seront difficiles. Mais une chose est sûre : le pays pourra compter sur la MCCI, en tant que partenaire de développement, pour sa reconstruction économique. Cela fait d’ailleurs partie de sa mission qui est de contribuer au développement économique du pays », a-t-il affirmé.