« Marisa-Belle, fille de Rosalie », cinquième ouvrage de l’écrivaine française Annick Joffre, est sorti aux éditions Amalthée 2013. Il s’agit d’une suite de son premier roman « Rosalie », dont une grande partie de l’histoire se déroule à Maurice. L’auteure était dans l’île au début de cette année pour en faire la présentation et pour des séances de dédicace.
Ceux qui ont lu la captivante histoire de la petite créole mauricienne Rosalie, violée, enceinte et envoyée dans une grande case créole chez des Blancs comme “nénenne” où commence son long cheminement jusqu’à devenir riche et mettre au monde un deuxième enfant, une petite fille, découvriront avec le même enthousiasme et la même curiosité le devenir de celle-ci après la disparition de sa mère.
« La fille de Rosalie a lutté de toutes ses forces contre le terrible cyclone. Pour la jeune orpheline qui a tout perdu, commence alors la reconquête du plus secret de ses rêves. À force de détermination, face aux adultes, Marisa-Belle finira par imposer sa ferme volonté… une banale rencontre va la propulser un demi-siècle en arrière et ouvrir une page inconnue de la vie cachée de sa mère Rosalie. Sortira-elle indemne de cette découverte bouleversante ? », peut-on lire sur la quatrième de couverture du livre.
La rencontre du Mauricien avec l’auteure ne donnera certainement pas la clé de l’histoire mais elle raconte les circonstances dans lesquelles elle a pris la ferme décision de donner une suite à Rosalie. « C’est lors d’une rencontre radiophonique à Maurice que le journaliste m’a demandé pourquoi ne pas faire une suite de l’histoire. D’autres amis l’ont réclamés aussi. L’histoire de Marisa-Belle, m’est venue tout simplement comme celle de Rosalie. Très vite, je me suis mise dans la peau du personnage et l’histoire coulait », soutient notre interlocutrice. Annick Joffre est de ces écrivains qui n’ont pas de plan, point de chapitre et ne connaissent pas la fin de l’histoire au moment de la commencer. « Les situations s’enchaînèrent. La seule chose que je calcule, ce sont les dates et les âges pour qu’ils soient cohérents », précise l’auteure. Annick Joffre a commencé l’histoire de Marisa-Belle à Maurice et a mis environ quatre mois pour la terminer. L’auteure écrit la plupart du temps chez elle à Nantes où à Paris, mais le lieu l’indiffère puisque cela peut aussi être dans un café quelque part sur le continent américain, souligne-t-elle.
Marisa-Belle, fille de Rosalie, est une histoire contemporaine qui raconte celle d’une petite fille, orpheline et riche héritière qui rêve de devenir comédienne. Après une tentative manquée de se joindre à une école de formation dans le domaine en France, elle rencontrera un réalisateur lors d’un casting au lycée à Maurice. Le rêve de la jeune fille se concrétise, car elle joue dans le film mais devra attendre la fin de sa scolarité secondaire pour entamer sa carrière de rêve. L’amour et la sexualité entreront dans sa vie à travers trois hommes de profils tout à fait différents mais ils s’attacheront tous à elle. L’histoire se déroule à Maurice, en France et à New York.
« Marisa-Belle, fille de Rosalie », est une histoire remplie de rebondissements. Bouleversante, elle touche le lecteur au plus profond de son être où se mêle amour, sexualité, émotions, faiblesse d’une jeunesse naïve et avide de découvrir la vie, responsabilité personnelle et liens familiaux, haine et jalousie, pour terminer par un meurtre. « Marisa-Belle, fille de Rosalie » est un roman à découvrir.