Il a su dévoiler l’intimité des femmes à travers des nus, tantôt d’une grande crudité, tantôt d’une délicatesse inouïe. Ce peintre impressionniste a su porter un regard inédit sur la modernité de son temps, notamment sur des répétitions dans les coulisses de l’Opéra. Degas est né le 19 juillet 1834.
Edgar Degas est considéré comme l’un des représentants majeurs de l’impressionnisme grâce à une composition novatrice et à une analyse perspective du mouvement. Il naît à Paris le 19 juillet 1834 dans une grande famille de banquiers et d’une mère créole, originaire de la Nouvelle-Orléans.
Il étudie à l’École des Beaux-Arts, sous la direction de Lamothe, un disciple d’Ingres, peintre auquel il devait toujours vouer une admiration sans borne. Il y acquiert une grande maîtrise du dessin, qui constituera toujours une caractéristique majeure de son art.
Degas est un peintre de figures. Connu pour ses tableaux de danseuses et de nus, il a aussi réalisé des portraits et des scènes de genre.
L’intérieur.
Dans la peinture de Degas, on devine l’intériorité des personnages représentés aux objets placés autour d’eux et à l’environnement. L’intérieur est certainement le tableau le plus intriguant, le plus hors-norme d’Edgar Degas. Il illustre aussi bien son art que sa technique.
On découvre avec ce tableau l’intérieur d’une chambre modeste de jeune fille. Deux personnages s’y opposent : du côté clair, la femme, et du côté obscur, l’homme. La femme est assise, l’épaule découverte. L’homme, d’une condition sociale visiblement supérieure, est debout, dominant, les jambes écartées et les mains dans les poches. L’individu semble avoir pris possession des lieux.?
Degas choisit une composition inédite, et apparaît comme un maître portraitiste dont l’intérêt principal est de traduire les états psychiques des personnages. Il préfère travailler en atelier; sa mémoire visuelle lui permet de retranscrire précisément les sujets observés et recréés dans une composition picturale voulue par lui. Il est en cela en opposition aux autres impressionnistes, qui privilégiaient la spontanéité de la peinture sur le motif.
Singularité.
Vers 1865, Degas commence à s’intéresser à un autre thème majeur de son oeuvre : le théâtre, la danse, la musique. Avec L’orchestre de l’Opéra, il signe une composition novatrice, avec en plans superposés vus du premier rang, la fosse aux musiciens, et la scène avec les danseuses de ballet décapitées formant un tourbillon de jambes et de tutus.
Retranché dans son atelier, Degas peint et dessine inlassablement des corps féminins nus. Il étudie chacun de ses personnages dans leur singularité. Le nu est pour Degas une histoire. Celle de corps qui vivent et se meuvent sans artifice. Des femmes absorbées dans leur toilette et qui ne se soucient guère du spectateur. Celui-là même qui se fait voyeur quand son regard tombe directement sur le corps se penchant pour ramasser une éponge dans un tub.
La réalité nue et crue d’un quotidien, sans qu’aucune idéalisation de l’environnement, des gestes ou des types physiques ne s’immisce dans cette quête du réel.
Résolument à l’avant-garde, Edgar Degas transgresse, dans de déconcertants cadrages, les règles de composition. Repoussant sans cesse les limites de son art.