Depuis le début de l’année, le nombre de cas d’abus sexuels rapportés formellement à la police par le truchement de la Brigade pour la Protection des Mineurs n’a cessé d’augmenter. Toutefois, dans des milieux autorisés, l’on avance que les dernières 24 heures marquent un tournant avec au moins sept cas de délits sexuels sur des mineurs consignés et faisant l’objet d’enquête, après le démantèlement d’un réseau de prostitution infantile dans la région de Canot, Petite-Rivière ; un autre cas d’exploitation sexuelle de mineures à l’Est, plus particulièrement à Flacq, a été dénoncée par une des victimes avec l’identité des souteneurs révélée à la police. Dans les autres cas d’agression sexuelle, les auteurs sont connus de leurs victimes s’ils ne sont pas des proches parents.
Le dernier cas d’Alleged Child Trafficking Uncovered par la police se situe dans la région de Flacq, notamment Riche-Mare. L’une des victimes de ce réseau n’est autre qu’une mineure de 14 ans, qui avait fait une fugue au début de mars. Dans sa déposition en présence des officiers de la Brigade pour la Protection des Mineurs, la victime confirme que quand elle avait déserté le toit de ses parents, elle avait trouvé refuge chez un de ses amis, un dénommé Nadessen Moodally, habitant Riche-Mare.
En parallèle, les parents de la mineure avaient rapporté au poste de police de Flacq un cas de Missing le 2 mars dernier et l’adolescente fut retrouvée saine et sauve le 6 mars. Dans la déposition consignée, hier, la jeune victime a dénoncé une dénommée Anouska, qui l’avait incitée à la débauche et qui l’avait introduite à des partenaires plus âgés qu’elle.
Dans un premier temps, la victime avait été abusée sexuellement par un dénommé Aslam et d’autres « clients » contre paiement. La victime devait être auscultée aujourd’hui par le médecin-légiste à des fins d’enquête. Une descente des lieux initiale à l’adresse indiquée par la jeune fille n’a pas donné des résultats escomptés et à hier soir aucune arrestation n’avait été effectuée.
Sur la base des indications fournies par la jeune habitante de La Source aux policiers sur les activités constatées entre le 2 et le 6 mars, la police estime que les suspects opéraient un réseau de prostitution infantile bien organisé avec des jeunes victimes et des racoleurs attitrés. Il n’est pas à écarter que des premières interpellations, que ce soit des souteneurs et des clients, interviennent dans les heures qui suivent avec leur comparution en Cour de Flacq.
De leur côté, les limiers de la CID de la Western Division, qui ont procédé à l’arrestation des sept clients dans le réseau de prostitution d’enfants à Canot, Petite-Rivière, poursuivent l’interrogatoire des suspects pour démasquer les dessous de ce racket. Les suspects ont déjà participé à des reconstitutions des faits sur le terrain en friche servant de lieu de rendez-vous pour des ébats avec la mineure.
L’enquête de la police pourrait solliciter les services des spécialistes de l’IT Unit car le « marketing » des différents réseaux de prostitution de mineures se ferait principalement par le biais de réseaux sociaux, notamment Facebook. Avec des informations fournies par les « clients » de Canot, les autorités comptent atteindre d’autres suspects, qui se cachent encore à l’ombre.
Les autres nouveaux cas de délits sexuels en présence de la police sont comme suit :
une adolescente, âgée de 13 ans, habitant Phoenix, accompagnée de sa mère, a dénoncé un marchand de fruits de 16 ans pour des relations sexuelles avec mineure. Celle-ci avait accompagné son jeune amant à son domicile à La Flora. Le suspect a déjà été placé en état d’arrestation alors que la jeune fille a été examinée par le médecin-légiste ;
une jeune fille de 15 ans de Saint-Martin, accuse son beau-père, Banley Louis, âgé de 34 ans, de l’avoir agressée sexuellement vers les 5 heures hier matin. La victime affirme qu’elle était en plein sommeil quand elle avait senti la présence indésirable du compagnon de sa mère dans son lit. Elle a été admise au Jawaharlal Nehru Hospital. Lors de sa déposition à la police, elle était en compagnie de sa mère. Le suspect a été appréhendé ;
les policiers de Beau-Bassin se trouvent en présence d’un cas particulier où une mineure de 15 ans, habitant les villes-soeurs, accuse son époux de sodomie depuis le mois de février. Le suspect, un dénommé Misnatir Lallmohamed, âgé de 18 ans, de la Plaine-Verte, est recherché par la police ;
une jeune fille de 15 ans, étudiante et habitant Pointe-aux-Sables, déclare avoir eu des relations sexuelles avec un dénommé Amine depuis ces trois dernières années au domicile de celui-ci. La victime a été placée sous le contrôle de la Child Development Unit et l’auteur présumé de ce délit portant sur des relations sexuelles avec mineure est recherché par la police ;
une mère de famille, âgée de 27 ans, a consigné une déposition au poste de police de Nouvelle-France accusant son ancien époux et une dénommée Anaëlle d’agression sexuelle sur son fils de trois ans et demi. Le délit aurait été commis durant le week-end alors que l’enfant était sous la garde de son père, qui vit séparé de la mère. Le garçonnet a été admis à l’hôpital Nehru ;
et en dernier lieu, un chauffeur de 28 ans, habitant Goodlands, Avinash Gopaul, a été appréhendé pour avoir agressé sexuellement une habitante de Cottage, âgée de 28 ans. Il a comparu en Cour de Mapou pour son inculpation provisoire.