Les débats sur l’extradition de Jonathan Sicard et de son épouse, Carine Sicard-Callejo, se sont poursuivis au tribunal de Port-Louis vendredi après-midi. Les deux parties n’ont cependant pu arriver à un compromis sur la demande des suspects de rentrer en France sur une base volontaire. Lors de son réquisitoire, Me Yvan Jean Louis, représentant du Directeur des poursuites publiques (DPP), a insisté pour que les procédures d’extradition soient respectées. Selon lui, les autorités françaises ont approché le bureau de l’Attorney General à ce sujet, ce qui équivaut, dit-il, à une demande effectuée par un État souverain à un autre. « Maintenant, les suspects souhaitent partir pour la France volontairement. Mais nous ne pouvons outrepasser les arrangements d’extradition effectués entre nos deux pays », estime-il. D’autant, insiste-t-il, qu’il y a des preuves que le couple Sicard a commis un crime dans l’Hexagone, en l’occurrence un cas d’escroquerie. Il est ainsi d’avis que selon la section 11 (5) de l’Extradition Act, dès que les procédures sont enclenchées pour une demande d’extradition, la cour se doit d’écouter les arguments de la défense et du bureau de l’Attorney General, mais non pas concernant une demande des suspects de quitter le territoire volontairement. « Il faut respecter le principe de proportionnalité », a avancé Me Yvan Jean Louis.
De son côté, Me Gavin Glover estime que le bureau de l’Attorney General agit sur la base d’instructions d’un État étranger et que « cela ne doit pas être toléré ». Et de se demander s’il existe « une réciprocité entre les deux pays ? », avant de se dire « dans le flou » concernant les procédures dans ce genre de cas. Il s’est aussi interrogé sur ce qui se passerait dans l’éventualité où l’occupational permit de Jonathan Sicard et Carine Sicard-Callejo arrivait à terme ou était révoqué. « D’après nos lois, ils doivent être déportés. Que ferait l’État mauricien dans ce cas ? » demande Me Gavin Glover.
La magistrate Navina Parsooramen fera connaître sa décision sur la demande du couple Sicard mardi prochain. Par ailleurs, Me Gavin Glover a demandé à la cour que les enfants et les parents des deux suspects puissent avoir un droit de visite, alors qu’ils sont actuellement en détention.