Vingt jours après la demande pour une Judicial Review faite en Cour suprême par la Managers of Private Secondary Schools’ Union concernant l’obligation de Five Credits pour l’admission en Lower VI, le ministère de l’Éducation répond que le plaignant n’est pas qualifié pour loger cette demande.
« The applicant has no locus to enter the present application », soutient le contre-affidavit du ministère (Respondent N° 1) déposé hier. Le deuxième argument avancé par le ministère pour contester cette demande de Judicial Review a trait à la date à laquelle la demande a été logée en Cour, qui serait en dehors du délai prescrit. « The application has been made outside delay is as much as the decision which is being challenged is dated 19 May 2017 ».
La Private Secondary Education Authority (PSEA), Respondent N° 2 dans cette affaire, évoque les mêmes arguments pour contester cette demande de révision judiciaire.
Pour rappel, dans son premier document logé en Cour le 14 août dernier, la MPSSU qualifie le nouveau critère d’admission en Lower VI de « discriminatoire » envers les élèves « with low financial means ». Pour le plaignant, le nouveau critère d’admission « réduit la chance » d’un bon nombre d’élèves « d’avoir accès à un higher level of education ». « Preventing students to be enrolled for an HSC class implies debarring them access to university education », dit la MPSSU dans sa mise en demeure, servie au ministère de l’Éducation et à la PSEA le 14 août dernier.
Le plaignant précise également que son association regroupe des managers des collèges privés ayant plus de trente ans d’expérience dans le domaine de l’éducation et qui sont « well attuned to the needs of students and their parents ». La MPSSU évoque en outre dans ce premier document l’impact financier de la nouvelle mesure sur les collèges privés où les étudiants « achieve success with less than five credits at the SC exams ».
La MPSSU s’apprête à répondre aux arguments avancés hier par les deux Respondents dans leurs affidavits.