Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, aura fort à faire à son retour de l’étranger après le départ annoncé de son ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo. En effet, ce dernier a soumis sa démission comme ministre et député à Barlen Vyapoory, président de la République par intérim, hier, jeudi 21 mars.   

« Enough is enough » a déclaré Vishnu Lutchmeenaraidoo à sa sortie de son bureau, après avoir rencontré les membres de son ministère.

Si la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo a dans un premier temps été refusée par le président de la République par intérim — ce dernier lui demandant de reconsidérer sa décision — elle a finalement été acceptée suivant les recommandations de la Constitution. Le vice-Premier ministre, Ivan Collendavelloo a pris acte de la démission et attends le retour du Premier ministre pour la suite des événements. Ce dernier qui se trouve en mission à Londres depuis le début de la semaine, a aussi été informé de cette décision et et on laisse entendre qu’à son retour Pravind Jugnauth « pou fer saki bizin fer ». 

Si le Premier ministre a un calendrier bien établi pour cette année électorale, la démission du député de la circonscription n°7 et ministre des Affaires étrangères vient probablement le chambouler.

Selon la loi, il y a un délai de 240 jours à partir de la date de la démission d’un député du Parlement. Si une date est fixée et que par la suite l’élection partielle est annulée deux jours avant sa tenue, il y a un délai de 150 jours pour organiser une élection générale. La décision d’aller vers une élection partielle vers la fin de cette année ou de dissoudre le parlement et d’aller directement vers les élections générales revient cependant au Premier ministre qui est vivement attendu au pays ce week-end.

Ce dénouement intervient après les propos controversés de Vishnu Lutchmeenaraidoo sur le développement économique. Pour rappel, lors du Business Forum organisé par l’Economic Development Board en début de la semaine dernière à l’hôtel Westin, en présence du président malgache, Vishnu Lutmeenaraidoo avait déclaré que si “depuis dix ans déjà, avec 3 % de croissance, on s’enflamme, moi j’ai honte”.

À noter que la premier député à avoir démissionné depuis le début du mandat de ce gouvernement est Danielle Selvon. Elle avait quitté le parti le 6 novembre 2015. Plus de dix députés ont démissionné depuis 2014. Après le départ du gouvernement des neuf députés du PMSD le 19 novembre 2016, Roshi Badhain avait lui démissionné en janvier 2017.