La dernière sortie officielle et publique de la Présidente mercredi dernier au Réduit

Alors que tout indiquait que la présidente de la République, Ameenah Gurib Fakim avait accepté, hier soir,  le principe de sa démission, ce matin c’est l’attente qui domine.

Pourtant hier soir, on apprenait qu’elle s’était désisté pour la lecture du discours Pré-ministériel à l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance du pays au Collège St. Andrews et au Réduit on laissait comprendre que les cartons étaient en train d’être faits.

Mais à ce stade du côté de la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, comme le stipule l’article 28 de la Constitutionon n’a toujours pas reçu la lettre qui fera tomber la tension qui persiste au plus haut sommet de l’Etat à quelques heures des célébrations de l’indépendace.

Pour rappel un conseil des ministres spécial hier après-midi avait délégué le ministre mentor Sir Aneerod Jugnauth pour une mission de dernière chance après l’échec du tandem Pravind Jugnauth/ivan Collendavelloo de convaincre Ameenah Gurib-Fakim de prendre la porte de sortie par la voie moins humiliante de la démission.

La Présidente avait décliné une invitation en se mettant en face du risque d’une Removal Motion et la détermination du gouvernement d’aller de l’avant avec un éventuel rappel du Parlement, vendredi prochain.

Un vétéran et Senior Member du Sun Trust serait alors intervenu  auprès d’un proche d’Ameenah Gurib-Fakim qui a pu la convaincre d’accepter ce compromis moins déshonorant qu’un départ forcé par le parlement. On apprenait par la suite son annulation pour le discours ce matin au College St. Andrews.

Depuis c’est l’attente qui domine. Celle de la lettre de démission de la présidente.