Le développement politique intervenu dans le pays hier avec la démission du président sir Anerood Jugnauth, n’est « ni une situation difficile ni facile pour le pays », a déclaré hier après-midi le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell, à Rivière-du-Rempart, lors du lancement de la campagne de mobilisation pour le meeting du 1er mai que le Parti travailliste compte organiser à Vacoas. Ils étaient nombreux les ministres, hormis le Premier ministre Navin Ramgoolam, à être présents à ce congrès tenu au collège Universal.
« Pouvez-vous laisser tomber Navin Ramgoolam et le Ptr ? » C’est la question posée par Arvin Boolell aux quelques centaines de partisans du Ptr réunis à cette occasion et qui ont répondu par la négative. Selon le ministre des Affaires étrangères, il y aurait eu complot pour déstabiliser le gouvernement, la démarche étant de l’affaiblir dans la légalité en provoquant un coup d’État. « Nous ne devons pas minimiser la gravité de cette situation », a-t-il martelé. Aux différents médias, il a lancé un appel : « pa pomp li koumsa parski dimounn bizin konn laverite ».
S’agissant de la démission de sir Anerood Jugnauth comme président, Arvin Boolell a estimé la raison simple : « Il y a une accusation contre son fils. Ne vous trompez pas, son objectif est de décrédibiliser les institutions telles que l’ICAC ek tir so garson depi dan sa problem-la. » Il a demandé à ses partisans de faire attention : « Certains utiliseront la violence afin de créer une instabilité dans le pays. Ne tombez pas dans ce piège. Vous devez être très vigilants. »
Auparavant, plusieurs ministres avaient pris la parole à ce congrès. Le ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo a interrogé l’électorat de la circonscription n° 7 sur les réalisations de Sir Anerood Jugnauth en tant que député pendant environ 50 ans, avant d’évoquer les réalisations de l’actuel gouvernement dans cette même circonscription. Il a indiqué que durant les deux dernières années, le gouvernement a dépensé plus de Rs 500 M dans cette circonscription, avant de citer plusieurs projets routiers. « Quel est le nombre de barrages que Sir Anerood a construit ? Navin Ramgoolam a construit le Midlands Dam et celui de Bagatelle est en construction et d’autres suivront… », a-t-il souligné.
Le ministre de la Santé Lormus Bundhoo a, lui, qualifié SAJ d’être une honte pour les jeunes Mauriciens, avant de raconter comment, selon lui, Sir Seewoosagur Ramgoolam avait sauvé sir Anerood Jugnauth des griffes de Paul Bérenger en 1983. Pour le Deputy Prime Minister Rashid Beebeejaun, il n’y a pas lieu d’organiser un sondage pour connaître le sentiment qui anime les Mauriciens après la démission de SAJ. « Zot pe zis oule gayn pouvwar, me ena trwa zan pou atann », a-t-il dit. Selon lui, les militants des deux partis, le MSM et le MMM, ne veulent pas de cette alliance. Il a, lui aussi, mis en garde les partisans rouges contre le bourrage de crâne de la part des médias qui déclarent que les travaillistes tremblent en apprenant le retour de SAJ dans l’arène politique. « Person pa pe tranble, person pa pe gayn batman leker anplis. Nou pe atann 2015 », a-t-il lancé à son auditoire. Entre-temps, il a réclamé la solidarité au gouvernement de la part de ses partisans.
Deva Virahsawmy a réclamé une correction pour SAJ dans la circonscription no 7 alors que Suttyhudeo Moutia s’est plaint d’avoir « pass boukou mizer avek Pravind Jugnauth dan no 11. » Le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication Tassarajen Chedumbrum Pillay a dit que la présence d’autant de partisans du Ptr à ce congrès prouve « ki nou pa per zot, nou pou lev ar zot. » Les ministres Jim Seetaram et Abou Kasenally, ainsi que la PPS Kalyanee Juggoo, le président du Ptr Patrick Assirvaden et le secrétaire général du PMSD Mamade Khodabaccus ont également pris la parole à ce congrès présidé par Balkissoon Hookoom. Étaient également présents les ministres Rajesh Jeetah, Mookhesswur Choonee et Hervé Aimée.