La possibilité pour le Congo de s’inspirer de la politique mauricienne en matière de formation professionnelle a été évoquée hier par le président de la République du Congo Denis Sassou-N’guesso. C’était lors d’une séance de travail entre la délégation congolaise et la délégation mauricienne dirigée par le Premier ministre Navin Ramgoolam.
La session de travail a débouché sur la signature de deux protocoles d’accord portant sur les technologies de l’information et de la communication et la création de zones économiques spéciales au Congo. L’absence du leader de l’opposition Paul Bérenger à l’arrivée du président congolais et dans les autres activités officielles a été sévèrement critiquée hier par le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell.
Le président Denis Sassou-N’guesso était accompagné hier de plusieurs ministres, dont Basile Ikoueke (Affaires étrangères et Coopération), Thierry Moungala (Postes), Akoala Atipault (Zones économiques spéciales) et Martial Kani (Industrie touristique et Loisirs). De son côté, Navin Ramgoolam était accompagné du DPM Rashid Beebeejaun, des vice-Premiers ministres Xavier Luc Duval et Pravind Jugnauth, du ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell et de la ministre de l’Égalité des Genres Sheila Bappoo.
Les discussions ont porté, entre autres, sur les modalités de la création des zones économiques spéciales, à laquelle seront appelées à participer Singapour et Maurice. Les deux parties ont exprimé leur volonté de voir ce projet se concrétiser au plus vite. « Les journalistes présents savent l’importance des résultats », a lancé le Premier ministre, qui s’adressait au président congolais, à un certain moment, en présence des journalistes.
Les zones économiques spéciales qui doivent être créées offriront une grande possibilité d’investissement et de création d’emploi pour les Mauriciens. La mise sur pied de ces zones nécessitera la création de toutes les infrastructures nécessaires, à savoir les routes, les services publics etc. auxquels pourront participer les entrepreneurs mauriciens. Ces zones pourront être développées sur une base triangulaire par le Congo, Singapour et Maurice.
« Ces zones ont pour objectif d’attirer des investissements, de diversifier l’économie et de rechercher des complémentarités entre nos économies. Elles favoriseront un nouveau dynamisme dans toute cette partie de l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale », a fait comprendre le Premier ministre lors du banquet donné en l’honneur du visiteur de marque samedi. « Singapour est partante pour utiliser le positionnement stratégique de Maurice et son appartenance à diverses organisations régionales pour s’engager dans les projets en Afrique », affirme Navin Ramgoolam, qui a précisé que « la finalité du projet est en ligne avec les dernières indications en termes d’investissement direct étranger ».