Nitesh Ramdhary, un homme d’affaires de Triolet, a été arrêté mardi et devait comparaître le même jour devant le tribunal de Pamplemousses sous une accusation provisoire de « false and malicious denonciation in writing ». Il a dû fournir une caution de Rs 8 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 30 000 pour retrouver la liberté.
Nitesh Ramdharry a été appréhendé par la police hier matin pour une affaire qui remonte au 16 mai 2012. L’homme d’affaires avait porté plainte contre Bibi Sameera Jumun, une ex-employée, l’accusant d’avoir dérobé des appareils électroménagers stockés dans son entrepôt. Interrogée sur les objets volés, la jeune femme devait nier les allégations portées contre elle en déclarant que c’est Nitesh Ramdharry lui-même qui avait offert ses appareils à sa soeur. Un des témoins, un électricien, interrogé pour faire la lumière sur ces accusations de vol, devait confirmer les dires de l’ex-employée. Les éléments fournis par les témoins avaient alors démontré que la déposition de Nitesh Ramdharry ne tenait pas la route. La jeune femme avait été blanchie et les charges provisoires retenues contre elle rayées. Entretemps, le bureau du directeur des Poursuites Publiques a décidé d’engager des poursuites contre l’homme d’affaires.
Nitesh Ramdharry s’est fait connaître des forces policières en consignant une déposition au CCID en 2012 contre Hemant Bangaleea, courtier et agent politique du Nord, pour escroquerie dans une transaction foncière de Rs 40 millions. Il avait retenu les services de Me Roshi Badhain. En novembre 2013, il devait se rétracter pour cette fois-ci, dénoncer son homme de loi, l’accusant de lui avoir conseillé de mentir dans cette affaire et de grossir le chiffre de la transaction foncière pour la mettre à Rs 40 millions. Roshi Badhain pour sa part a été inculpé de « conspiracy » et de « failing to give receipt » en décembre dernier. Cependant, Nitesh Ramdharry devra se présenter de nouveau au CCID pour être interrogé sur ses autres allégations portées sur d’autres personnes citées dans ses dépositions.