Le Dental Council organise pour la troisième fois demain les Dental Registration Examinations, qui sont prévus dans la loi, et 11 candidats s’y sont inscrits. Comme pour les précédentes épreuves, celles de demain sont marquées par des protestations. Des aspirants dentistes ayant fait une demande d’enregistrement avant décembre 2013, ils estiment qu’ils en sont exemptés. Il se pourrait que certains d’entre eux, en signe de protestation, n’y participent pas.
« Il n’y a pas de mauvaise interprétation de la loi. Selon l’avis légal que nous avons reçu, les aspirants dentistes ayant fait leur demande d’enregistrement avant la fin décembre 2013, et qui ont échoué à  l’évaluation orale, qui a eu lieu au mois de mai dernier, ne sont plus exemptés à cet examen  obligatoire. Ils doivent soumettre des nouvelles demandes d’enregistrement. Toujours selon l’avis légal, les demandes originales sont automatiquement annulées », a déclaré au Mauricien le Dr Joy Madhub, président du Dental Council (DC). S’agissant du retard, qualifié de « considérable », avec lequel le DC a communiqué officiellement aux aspirants dentistes la date des examens prévus demain et leur a envoyé le pack contenant l’Information Bulletin & Application Form, le Dr Madhub répond que « le Council attendait d’abord l’avis légal ».  
Selon nos informations, il y aurait quelques signes d’agacement au sein du DC au sujet de la lettre envoyée en juin dernier aux aspirants dentistes ayant échoué à la première évaluation orale. Dans cette correspondance, le conseil informe les personnes concernées de se tenir prêtes pour une autre évaluation du même genre dans les mois suivants, et à aucun moment dans cette lettre le DC ne précise s’ils doivent ou non participer à un éventuel examen écrit.  Dans les milieux du DC, on laisse entendre que l’envoi de cette lettre « était une grosse erreur de l’administration » mais personne ne se hasarde à nommer le responsable.
Rappelons que les examens se tiendront demain sous la supervision du Mauritius Examinations Syndicate (MES). Mais la préparation des questionnaires ainsi que la correction des scripts ont été confiées pour la troisième fois au National Board of Examinations of India. « Nous sommes là pour s’assurer que les examens se déroulent dans de bonnes conditions et selon les normes. De même qu’il n’y ai pas de cas de tricheries », explique Lucien Finette, directeur du MES.
Le DC, pour sa part, espère que ces prochains  candidats aux Dental Registration Examinations donneront une performance « satisfaisante » car les résultats des deux précédents examens étaient catastrophiques, la quasi-totalité des candidats n’ayant pu obtenir le nombre de points requis pour réussir, soit « a minimum of 50% marks ».