Divers thèmes d’actualité ont été commentés lors de la conférence du MP dont celle liée à la situation qui prévaut au MMM. Alan Ganoo et Jean-Claude Barbier, deux anciens membres des mauves, tout en se disant attristés par « le déclin du parti », désignent Paul Béranger comme étant le « grand responsable des départs massifs. »

Poursuivant son l’analyse, Alan Ganoo fait ressortir que « le MMM a réussi à surpasser les crises de 1983 et 1993, mais ne pourra le faire, car le parti n’est plus ce qu’il était durant ces années de gloire. » Quant à Jean-Claude Barbier, il déclare que « le problème avec Paul Bérenger est qu’il est un leader qui ne se remet pas en question et qu’en ce faisant, il sera impossible pour les mauves de remonter la pente. » Et d’ajouter: « Ils ne sont pas au bout de leurs peines. » Alan Ganoo est revenu sur les « félicitations »  adressées à l’ADSU par le Premier ministreCes déclarations, selon lui, « affaiblissent le rapport Lam Chan Leen et mettent le doute dans la tête des Mauriciens quant à la crédibilité des proposals. » 

Quant à Tania Diolle, elle a stigmatisé la mesure concernant l’obligation pour un athlète de haut niveau ayant mouillé le maillot pour le pays de présenter un certificat de moralité en vue de bénéficier d’allocation sous le State Recognition Allowance Scheme comme dans le cas de Stéphane Buckland. Elle demande au PM de réparer « cette injustice, car il est en contradiction avec ses propres amendements apportés à l’Equal. Opportunities Commission de novembre 2017. » Elle lance, d’autre part, un appel afin, dit-elle, que « les membres du public et du personnel hospitalier ne stigmatisent pas ceux qui bénéficieront du traitement de la méthadone dans les établissements hospitaliers, car il ne faut pas oublier qu’elles font partie de patients malades du même acabit que d’autres. »