Jean Bruneau, Commissaire des Prisons (CP), a tenu à saluer le départ du Haut-commissaire britannique à Maurice, Nick Leake. Le diplomate qui était en fonction chez nous depuis septembre 2010 a tiré sa révérence et mis le cap sur une nouvelle destination. Jean Bruneau rappelle que « Nick Leake a énormément contribué à l’univers carcéral local à divers niveaux, dont celui de la formation de nos officiers via des organismes britanniques. »
Son contrat étant arrivé à terme, Nick Leake, qui officiait comme Haut commissaire britannique à Maurice ces quatre dernières années, a mis cap sur une nouvelle destination pour sa nouvelle mutation. Durant son passage chez nous, le diplomate britannique a « beaucoup aidé les services de la prison, notamment par le biais de stages de formations diverses, de même que dans l’apport de l’épagneule Maddie comme chien renifleur », explique Jean Bruneau. Le responsable des institutions pénitentiaires locales a souhaité « saluer la contribution de M. Leake qui s’est révélée hautement fructueuse pour notre pays et nos services des prisons. »
Jean Bruneau énumère « plusieurs formations dont ont bénéficié les Prisons Officers au sein de différents organismes britanniques. Ce qui m’a surtout marqué, c’est l’implication personnelle de M. Leake pour ce qui est de doter la prison des services d’un chien renifleur de portables et de drogues. Je parle là de la chienne Maddie et de la formation qui a été dispensée à notre officier, le dog handler Jason Mardamootoo, en Angleterre. »
Le CP Bruneau tient également à « remercier le Haut-commissaire Leake pour avoir facilité les formations des officiers Levasseur, Laretif, Seetohul, Rungapen et Laventure qui, en novembre 2013, se sont rendus en Angleterre où ils ont suivi une formation évolutive en matière de systèmes et techniques de verrouillages. C’est un métier qui est appelé à disparaître, sauf au sein de l’univers carcéral. »
Par ailleurs, ce mercredi, les services de la prison procéderont à une petite cérémonie à la Route des Prisons, à Pointe-aux-Sables. « Nous avons « adopté » cette rue et nous l’avons réhabilitée. Comme elle conduit tout droit à la prison, nous avons estimé que nous avons, nous aussi, notre rôle à jouer dans la valorisation des quartiers où se trouvent les prisons. D’où cette initiative de la prison de prendre en charge cette route, où nous avons procédé au nettoyage, à la mise en terre de plantes et à un « relooking » du paysage de cette partie du quartier. »