« Puisqu’il n’y a pas eu de changements au niveau de la loi, la carte d’identité biométrique ne sera pas une exigence pour le dépôt des candidatures dans le cadre des prochaines élections législatives ni même pour le jour J pour ceux qui se rendront aux urnes », indique Lindsey Collen de Lalit, qui en a eu la confirmation du bureau de la Commission électorale. Lalit attend la publication du writ des élections pour divulguer sa liste de candidats.
Lalit rappelle que la présentation de la carte d’identité nationale n’a jamais été une exigence pour le dépôt des candidatures, ni pour le jour du scrutin. Pour confirmer son identité si nécessaire le jour des élections, l’électeur peut présenter n’importe quelle pièce d’identité dont sa carte de bibliothèque, dit Lindsey Collen. « Li ti pou bien grav si pa kapav vinn kandidat ou al vote parski ou perdi ou kart », dit-elle.
Lors d’une conférence de presse au siège de Lalit à Grande-Rivière Nord-Ouest, la semaine dernière, Ram Seegobin devait parler des dangers d’avoir une loi exigeant la présentation de la carte d’identité pour le dépôt des candidatures ou pour aller voter.
Lalit souhaite aligner des candidats dans toutes les circonscriptions, dont trois dans quelques-unes. Son but : avoir des élus pour pouvoir entrer au parlement en tant que parti d’opposition et continuer son travail comme « opposition extraparlementaire ».
À une question de la presse, Ram Seegobin devait préciser que Lalit ne souhaite pas prendre le gouvernement parce que dans ce cas, il faudrait imaginer une situation où la masse des travailleurs comprenant les salariés, les petits planteurs et les commerçants continuera à défendre son programme. « Sa pou arive kan zot pou desann dan lari pou defann nou program parski li inplik enn boulversman radikal de lekonomi. Nou pa krwar ki klass kapitalis pou swazir sa ».
Par ailleurs, en attendant la publication du writ des élections, Lalit poursuit ses préparatifs pour les prochaines législatives. Lindsey Collen indique que le parti est allé chercher son registre électoral hier. « Li important pou nou kone ki sannla dan ki sirkonskripsion pou koumans travail », affirme-t-elle en précisant : « On se doutait bien que le parlement serait dissous. On pense que l’annonce de la date des élections se fera lors du meeting du 12 octobre car le PTr et le MMM ne pourront résister à cela. Ce serait très populiste. À partir de là, nous pensons que la campagne électorale sera relativement courte. Il est important pour Lalit de se positionner pour créer un espace entre deux partis « corrompus ». Je dis « corrompu » tout en précisant que nous pensons que la corruption n’est que le symptôme d’un mal plus profond. »
En attendant, ceux qui souhaitent prendre connaissance du programme de Lalit peuvent se rendre en son siège à GRNO. Il est distribué gratuitement et peut aussi être consulté sur son site internet à l’adresse www.lalitmauritius.org.